Forum Be-fang@beti.com

Mbemba soan Aba !!!!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  RETOUR SUR LE SITERETOUR SUR LE SITE  

Partagez | 
 

 Les fangs face à la mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
mon'ye elane



Masculin Nombre de messages : 141
Localisation : Atlanta, USA
Date d'inscription : 31/08/2007

MessageSujet: Re: Les fangs face à la mort   Mar 11 Sep - 21:56

A Akama, Mbolo! Le sujet est, en effet, terrifiant. Mais comme tu le dis si bien, c'est le cote negatif de notre culture!!!! Akiba na Fang ba yeme abui nfa positif! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miéhdzâ
Admin


Masculin Nombre de messages : 1516
Localisation : Libreville
Date d'inscription : 17/10/2006

MessageSujet: Re: Les fangs face à la mort   Mer 12 Sep - 11:31

Attention les petits! Smile La seule chose négative à ce niveau, ce serait des exhumations à tout va, comme pour en faire un commerce. Ce qui n'était pas le cas chez les fang. Le prélèvement des os se faisait très souvent avec la bénédiction préalable du concerné, avant son décès. Ou alors, celle du clan. En tout cas, en mourant, chacun savait que ses os pouvait servir à cela. Mais tout était secret.
Quoi! Vous ne voudriez pas que vos os servent pour le bien de la communauté? Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akama



Nombre de messages : 372
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 01/07/2007

MessageSujet: Re: Les fangs face à la mort   Mer 12 Sep - 13:58

 Miéhdzâ tu me donnes des frissons hein.affraid mais si c'est pour le bien de la communauté bah, je verrai quand j'aurais 80 ans...
Si je comprends bien toutes les tombes sont vides?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mon'ye elane



Masculin Nombre de messages : 141
Localisation : Atlanta, USA
Date d'inscription : 31/08/2007

MessageSujet: Re: Les fangs face à la mort   Mer 12 Sep - 19:26

Akama a écrit:
 Miéhdzâ tu me donnes des frissons hein.affraid mais si c'est pour le bien de la communauté bah, je verrai quand j'aurais 80 ans...
Si je comprends bien toutes les tombes sont vides?
Non a Medza! Il manque seulement quelques "pieces detachees". lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mon'ye elane



Masculin Nombre de messages : 141
Localisation : Atlanta, USA
Date d'inscription : 31/08/2007

MessageSujet: Re: Les fangs face à la mort   Mer 12 Sep - 19:31

Je rectifie! Mon message ci dessus s'adressait a Akama!
Mais A Miehdza, Toi aussi, A monenya! Il faut patienter seulement! Nous tiendrons tous un conciliabule(secret) pour decider de qui prendra les parties de qui, le moment venu!
ma me loran! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miéhdzâ
Admin


Masculin Nombre de messages : 1516
Localisation : Libreville
Date d'inscription : 17/10/2006

MessageSujet: Re: Les fangs face à la mort   Jeu 13 Sep - 11:09

mon'ye elane a écrit:
Je rectifie! Mon message ci dessus s'adressait a Akama!
Mais A Miehdza, Toi aussi, A monenya! Il faut patienter seulement! Nous tiendrons tous un conciliabule(secret) pour decider de qui prendra les parties de qui, le moment venu!
ma me loran! Laughing
Tout à fait! Surtout quil nous faut quelques os (surtout des crânes pour notre association. Il faut seulement des volontaires:
- Qui accepte de donner son crâne?No
- Qui accepte de garder l'ensemble des reliques?Shocked
Le nombre de place étant limité....Very Happy
Akiba!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
medzam'otougou



Nombre de messages : 178
Age : 34
Localisation : afrique
Date d'inscription : 09/07/2006

MessageSujet: Re: Les fangs face à la mort   Jeu 13 Sep - 11:38

[quote="miéhdzâ"]: on pouvait même ne pas trouver de corps du tout. En réalité, le corps était souvent subtilisé par un tour de passe-passe et d'illusionisme. Et déporté ailleurs pour des opérations en toute quiétude. Seuls quelques maîtres... maîtrisaient la pratique.[/quote

J'ai entendu parlé à Minvoul des Minkouss. Il parait que les voler le corps d'un défunt permettait de l'exploiter dans les taches de la vie quotienne, dans les plantations ect.....
J'aurai également entendu dire qu'on en fait un esclave.

Je comprends un peu l'acharnement des parents de mon père lors de son décès. Je vais vous raconter l'histoire.
Mon père est décédé au village, aucun d'entre nous ne s'y trouvait. Comme d'habitude, on amena le corps à la gabosep d'Oyem. A peine arrivé à Oyem, mes grands frères partirent au village ( pour la préparation des obsèques ).
A leur arrivée, un évènement avait fâché mon grand frère aîné ; les oncles du village avaient déjà creusé la tombe de Papa, sans demander l'approbation d ses fils. Les oncles eux mêmes avaient choisis l'endroit ou Papa devaient être entérré. De retour à Oyem, nos oncles maternels, firent comprendre à mon grand frère, qu'il n'était pas normal que la tombe soit creusée ànotre insue, étant donné que le corps n'est même pas encore sortie de Gabosep. Ils firent comprendre à mes frères et soeurs que les hommes et femmes du villages de mon père avaient préparées des fêtiches, c'est pourquoi ils avaient pris l'initiative de creuser la tombe.


Mes grands frères et soeurs décidèrent de ne pas enterrer Papa au vllage ( seulement pour le préserver de ce que lui préparaient ses frères et cousins du bled )

C'est ainsi qu'un grand conflit éclata au sein de la famille, Fils et Filles du défunts contre tous les oncles et tantes du Défunt. Les oncles paternels allèrent même jusqu'à la gabosep pour récupérer le corps de Papa sans que mes grands frères le sachent, mais là bas, on leur demanda l'approbation des descandants directs du défunt. Mes oncles allèrent même jusqu'à faire du tapage à la morgue. La police dû intervenir.

Etant donné que ce sont mes oncles qui avaient amené le corps de Papa à la Gabosep, mes frères avaent également besoin de leur autorisation pour recupérer le corps de papa.

Le corps de Papa resta 10 jours à Gabosep, pendant tout ce temps, le conflit entre mes frères/soeurs et nos oncles étaient entre les mains de la justice. Il eut un procès au tribunal pour décider de qui devait décider du lieu où devait être enterré Papa. Le juge avait tenu compte de la tradition ( reconnaissant l'importance des oncles dans la culture ), mais étant doné que le plein pouvoir revenait aux descandants directs du défunt, ce sont les enfants qui doivent décider du lieu de l'inhumation. ( mes frères n'avaient rien contre le fait d'enterrer Papa au village, mais c'est l'interpellation des oncles maternels qui leur avait mis au fait des mauvaises intentions mystiques qui tramaient dans les intentions des frères, et soeurs de Papa ).
A la sortie du tribunal, tous nos oncles nous menacèrent, nous insultant et traitant de tout. Ils nous menacèrent réellement, avec des phrases du genre " Nous paierons cher pour la tombe que nous avons laissé vide au village "

Quelle histoire,,,,,,,,,,!!!!!! en tout cas, que son âme repose en paix !!!!

Mes frères décidèrent de l'enterrer en ville, au cimetière municipal, personne de la famille de Papa n'assista aux obsèques, ni même un an plus tard au retrait de deuil. Depuis, il y a une grande fracture au sein de la famille. Nous vivons à l'écart de tous. Avant son décès , Papa nous avait demander de nous méfier des gens de son village ( en fait, il n'avait pas de frère direct : nos oncles et tantes sont ses cousins, Papa était fils unique de sa mère ). Après l'enterrement, Maman avait rêvé de Papa qui l'avait remercié de ne pas l'avoir inhumé dans son village.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zok mekeng
Admin


Masculin Nombre de messages : 267
Age : 46
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: les fang face à la mort   Jeu 13 Sep - 15:40

Essèzam Mbolani

Nous sommes nous africains devant un veritable dilem, doit t on respecter nos pratiques culturelles dans un monde où tout ce qui est en dehors de la culture judeo chrétienne ou arabe est taxé de diabolique, vampire, sorcelerie etc?
Certains l'ont dit plus haut, chaque culture a une representation propre de la mort. La mort n'a pas la mm signification pour un fang et un chrétien ou un mulsulman. Les construction mentale n'étant pas les mm. Cela devient en effet très grave quand au sein d'une mm famille, certains sont judeo chrétien, musulman et fang. Chaque mot utilisé n'a pas la mm representation pour chacun d'eux. Comment communiquer dans ce cas?
Grande question!
Ma lè ma zu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miéhdzâ
Admin


Masculin Nombre de messages : 1516
Localisation : Libreville
Date d'inscription : 17/10/2006

MessageSujet: Re: Les fangs face à la mort   Ven 14 Sep - 11:26

Mbolo
Etant donné que chaque culture découle toujours du synchrétisme d'autres cultures, et que les cultures les plus dynamiques finissent toujours par avaler les autres, je me dis qu'il est certainement bon de s'activer, chacun à rendre la sienne la plus dynamique possible. C'est vrai qu'au passage, on perd toujours un bout d'authenticité. Mais, ainsi va l'évolution! Maintiens et abandons en même temps. En ce qui nous concerne, il serait difficile à mon avis de s'affranchir de notre part de construction mental occidentale. Tout aussi bien qu'il est de notre intérêt de préserver les racines les plus significatives de notre souche première. La traditionnelle.
Bia ye bo ya?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adzidzon
Admin


Nombre de messages : 2848
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Les fangs face à la mort   Ven 14 Sep - 23:34

mbolo ayong,
les différentes interventions lues plus haut me donne envie de vous raconter une histoire (sur le prelevement des os) ke m'avait un jour raconté un cousin (âgé). selon lui, cette histoire serait vraie et elle se serait déroulée dans un village du sud cameroun où il était originaire:
un homme, raconta-t-il avait un enfant, un garçon, et celui-ci avait un ami avec ki il partageait tout. un jour cet homme ki avait un certain age tomba malade et sur le point de mourir, fit appel à son fils et lui souffla à deux sur son lit de mort:" mon fils, kan je serai parti, pendant les trois nuits suivant mon enterrement, ma tête sortira de la tombe, n'hésite pas à la découper et à me décapiter. lorsque cela sera fait, conserve là avec toi, elle t'apportera gloire et richesse". après ces mots, le vieil décéda et après la cérémonie de circonstance, on l'inhuma selon ses dernières volontés. le soir de son enterrement, son fils, seul et tout tremblant, et alors ke le village était endormi, sorti de sa chambre et alla sur la tombe paternelle et en effet la tête de celui ne mit pas longtemps à apparaitre. mais le fils prit peur et s'enfuit, ne se resolvant pas à décapiter son père. le soir du lendemain, il fit de même. et là, prenant conscience kil ne lui restait k'une seule nuit, il appela son meilleur ami, lui raconta les dernières volontés de son père et le supplia de l'accompagner la nuit venue pour accomplir la besogne. ce dernier accepta volontiers et la nuit tombée, les deux hommes se retrouvèrent sur la tombe paternelle et comme par enchantement la tête du vieil homme apparut de nouveau. et là, prit de peur, le fils prit de nouvau peur et s'enfuit abandonnant sur place son ami et la machette aiguisée kil tenait dans sa main. alors, profitant de l'aubaine, l'ami n'hésita pas: il attrapa le vieil homme par les cheveux et le décapita en un geste vif, avant ke le reste du corps de s'enfonce dans la tombe définitivement.
trainant le macabre trophé entre ses mains, l'ami s'en alla chez lui et fit comme le lui avait raconté son ami et quelques années plus tard il devint l'homme le plus fortuné du bled, pendant ke le fils du vieil homme sombra dans la pauvreté. l'histoire arriva aux oreilles des villageois car le fils fit des pieds et des mains pour recupérer le crâne de son père et alarma pour cela tout le village, mais rien n'y fit, l'autre nia toujours tout en bloc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miéhdzâ
Admin


Masculin Nombre de messages : 1516
Localisation : Libreville
Date d'inscription : 17/10/2006

MessageSujet: Re: Les fangs face à la mort   Sam 15 Sep - 13:20

Ce genre d'histoire est toujours possible chez nous. Tiens, je connais deux frères qui ne s'entendent pas, tout simplement parceque l'un accuse l'autre d'avoir détourné les reliques de leur père. Et c'est des érudits dont je parle, pas des analphabètes.
Mi tah de ya?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zok mekeng
Admin


Masculin Nombre de messages : 267
Age : 46
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: les fang face à la mort   Dim 16 Sep - 17:35

Essèzam mbolani

A quoi sert le retrait de deuil?
L'eva meyo est une cerémonie qui se deroule quelques jours apres le decès d'un parent. A ne pas confondre avec le ndzemga awu qui a lieu après un an ou plus.
Comme certains l'on dit la mort chez les fang n'est qu'une porte ouverte vers le monde des ancètres, le lieu de l'eternité. Le nzemga awu est une ceremonie qui permet de facilité à l'esprit du defunt de regagner le dzal des ancètres paternels. En effet, l'esprit du defunt se refugie d'abord dans le dzal des ancètres maternels. Ce qui le met à l'abri des esprits maléfiques et de l'errance infinie.

Ma lè ma zu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zok mekeng
Admin


Masculin Nombre de messages : 267
Age : 46
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: les fang favce à la mort   Dim 16 Sep - 18:05

Essèzam me bel ya sô
Le ndzemga awu rappelle au kone ses obligations face à ceux qu'ils laisse.
C'est une façon de le sanctifier afin qu'il joue son role d'interface entre les vivants et nzame ye mebeghe. Cette fete le raproche des vivants etabli un lien, un contat, une communion entre les deux mondes. Il ne restera plus qu'attisser ce lien à travers des prières, des rituels exprimant ce que l'on veut pour l'interret superieur de l'ayong au sens large. Le kone quant à lui entretient la relation à travers des reponses à nos demandes car dela depend son eternité.
Attention, il ya une loi fang, aucune prière ne doit etre adresser contre un membre de l'ayong.

Ma lè ma zu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zok mekeng
Admin


Masculin Nombre de messages : 267
Age : 46
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: les fangs face à la mort   Dim 16 Sep - 18:10

Essèzam ma alè

Pourquoi cette loi? Pour le fang l'unité de base est l'ayong. La vie de l'ayong depend de chaque membre. Prier contre son frere c'est prier contre lui mm. Le kone ne se reconnait qu'a travers l'ayong et non d'un membre.

Me kaa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
abomo ngono
Admin


Féminin Nombre de messages : 1104
Localisation : région parisienne
Date d'inscription : 18/02/2007

MessageSujet: Re: Les fangs face à la mort   Lun 17 Sep - 14:40

Akiba abui â zok mekeng car c'est presque de la télépathie. En effet, tu as abordé la question que j'allais justement poser concernant le retrait de deuil ou eva meyo. Peux-tu revenir sur cette cérémonie?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zok mekeng
Admin


Masculin Nombre de messages : 267
Age : 46
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: Les fangs face à la mort   Mer 19 Sep - 16:00

Ma ve mine mbolo

Eva meyo?
Vous savez qu'après la mort d'un etre chère, il y a un temps de latence, de recueillement plus ou moins long. Au cours de cette période, le comportement qu'on affiche dans la société exprime la peine que l'on ressent. Certains vont mm exterioser cette peine par leur façon de s'habiller. On met les mm habits pendant toute la période de deuil.

ma zu!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zok mekeng
Admin


Masculin Nombre de messages : 267
Age : 46
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: les fangs face à la mort   Mer 19 Sep - 16:16

E do,
L' éva meyo est donc la cerémonie qui consite à couper ce deuil par l'organisation d'une fete à l'honneur des vivants et des morts.Elle se deroule en une journée, aucours de laquelle on fait à manger pour tout le monde, les morts et les vivants. Pendant le repas on peut faire prester un groupe socio culturel pour égayer l'assistance. Le fait marquant de cette ceremonie c'est que ceux qui etaient en deuil changent plusieurs fois d'habits durant la soirée, des habits qu'ils mettent pour la première fois.

Le coté spirituel d'éva meyo est l'harmonisation des deux mondes. histoire de se dire que la tristesse est finie car nous savons que celui qui est parti sera toujours avec nous et qu'il sera tj disponible et veuillera sur ceux qu'il a laissé. C'est un rendez vous que l'on prend car le clou de la ceremonie et les attentes qui en decoulent seront catalyser par le ndzemga awu. Autrement dit l'éva meyo prepare le ndzemga awu qui va liberer l'esprit du defunt pour lui donner la possiblité d'une eternité et de mieux proteger sa descendance.

Me lô me bèghe. Me kaa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
abomo ngono
Admin


Féminin Nombre de messages : 1104
Localisation : région parisienne
Date d'inscription : 18/02/2007

MessageSujet: Re: Les fangs face à la mort   Mer 19 Sep - 19:43

Akiba pour tes précisions, â zok mekeng. J'avoue que j'apprends beaucoup sur nos traditions car l'éva meyo n'existe pas chez nous. En revanche, l'edzem awou ou étsog awou, oui.
Je sais que 9 (ébul dzia) ou 18 jours (bibul bibè) après l'enterrement, ont lieu les bidi bi nda awou, cérémonie qui effectivement établit le lien entre les vivants et les bekonë. Et surtout permet de communier avec le défunt. On cuisine toutes sortes de plats. Au moment de manger, on prépare une assiette où on met tout ce qu'il aimait manger et la personne qui lui était très proche fait le tour de la concession en appelant son nom tout en jetant la nourriture par terre pour l'inviter à partager le repas avec les autres. La règle d'or : tout doit être consommé ce jour-là, rien ne doit être conservé au risque d'être faisandé le lendemain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
abogo
Admin


Masculin Nombre de messages : 144
Localisation : Libreville
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: Re: Les fangs face à la mort   Jeu 20 Sep - 21:05

mbolo
je ne vais pas être long sur ce sujet. je veux juste vous apporter des éléments de réponse que j'ai pu retenir à la suite de discussions avec les vieux de mon village pendant ces vacances. je leur ai demandé la signification d'édzem awou (retrait de deuil). ils m'ont dit qu'on organise cette cérémonie pour délivrer l'âme du défunt. au cours de cette cérémonie, on organise des danses et surtout celles qu'aimait le défunt. c'est un moment de joie.
je profite de l'occasion pour dire que dans la tradition fang, les oncles maternels occupent une place importante lors des évènements qui accompagnent le défunt (édze mbim, édzem awou). nous devons éviter de vivre notre tradition avec des comportements occidentaux.
je reviendrai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adzidzon
Admin


Nombre de messages : 2848
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Les fangs face à la mort   Ven 21 Sep - 13:19

lol, reviens-vite!!! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zok mekeng
Admin


Masculin Nombre de messages : 267
Age : 46
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: les fangs face à la mort   Ven 21 Sep - 19:52

Be fang Mbolani

Akiba abomo ngono pour ses informations, je crois que la ceremonie dont tu parles est simplement une variante de eva meyo puisque l'objectif principal est la communion avec l'esprit du defunt. L'element important est le repas que se partagent les vivants et les bekone. Ce qui attire plus mon attention c'est le fait que cela se passe 9 ou 18 jours après l'enterrement. Le chiffre neuf n'est pas un hasard. L'autre aspect c'est le fait que le plus proche du defunt fasse le tour de la concession avec une assiette pleine de ce qu'il aimait en appelant son nom tout en jetant la nourriture.
Merci encore, c'est très enrichissant.

Abora anen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zok mekeng
Admin


Masculin Nombre de messages : 267
Age : 46
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: Les fang face à la mort   Ven 21 Sep - 20:10

Be fang mbolani.
Je veux revenir sur un aspect de l'intervention d'abogo. Je suis tout à fait d'accord avec lui que la famille maternelle joue un role primordial dans l'accompagnement du defunt.
Le coté spirituel de ce role est capital. De cela depend le reste.
J'ai dis plus haut que l'esprit du defunt après la mort se refugie d'abord au dzal maternel. Ce sont eux qui le protègent de l'errance infinie en attendant le ndzemga awu. Chez les fang il n'y a pas de difference entre le monde des vivants et celui des kone. Donc pour l'interret du defunt, de son ayong et de sa descendance, les parents du defunt ont toutes les raisons du monde pour ménager les parents maternels de ce dernier. Car de cela depend tout le reste. Nous prenons parfois des decisions dans notre vie charnelle sans savoir que ces decisions peuvent etre lourdes de consequences dans l'au dela et en definitive dans ce monde d'emô.
Attention ignorer la tradition ne nous met pas à l'abri de ces conséquences.

Abora. Mekaa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Afoum



Féminin Nombre de messages : 210
Age : 34
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Les fangs face à la mort   Lun 24 Sep - 22:45

Je viens de lire que retrait de deuil permettait de liberer le défunt. Où est sensé ce trouvé la personne entre la moment de sa mort et le moment où on la libère?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adzidzon
Admin


Nombre de messages : 2848
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Les fangs face à la mort   Mar 25 Sep - 16:53

ä kä'ä dzam, grande kestion ke tu poses là! j'attends impatiemment la réponse avec toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zok mekeng
Admin


Masculin Nombre de messages : 267
Age : 46
Date d'inscription : 09/12/2006

MessageSujet: les fang face à la mort   Mar 25 Sep - 22:39

Mbolani
Très bonne kestion! Mais je crois y avoir deja repondu qlq part.
Bien, à la mort du fang, son esprit se refugie d'abord dans l'ayong maternel auprès des ancètres de sa mère. En dehors de là, il est à la merci des esprits maléfiques et de l'errance infinie. Or la finalité de l'esprit est de regagner l'ayong paternel auprès donc des ancètres de son père. Ce passage de l'ayong maternel à l'ayong paternel se fait grace au ndzemga awu. c'est cette cerémonie qui lui permet d'aller retrouver les siens et faire ainsi parti de la communauté des ancètres de son ayong. Et ce n'est qu'à partir de cet instant qui pourra jouer son role de protecteur de sa descendance et de son ayong physique.
on voit donc pourquoi lors des cerémonies funéraires les parents maternels du defunt joue un role capitale, ce pouvoir ne leur vient pas du monde physique mais du role protecteur que joue leurs ancètres en attendant le ndzemga awu.

Abora. Me kaa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les fangs face à la mort   Aujourd'hui à 21:36

Revenir en haut Aller en bas
 
Les fangs face à la mort
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» La dernière souris face à la mort de sa dernière petite copine
» La vieillesse rapide du hamster et le chagrin face à sa mort
» A ma FIFI bien aimée qui a été frappée a mort.
» Les chats et la mort
» La dernière petite souris face à la mort de sa copine ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Be-fang@beti.com :: Culture et société Fang-
Sauter vers: