Forum Be-fang@beti.com

Mbemba soan Aba !!!!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  RETOUR SUR LE SITERETOUR SUR LE SITE  

Partagez | 
 

 Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Minsili mi Ngoan Ewondo



Féminin Nombre de messages : 2259
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Ven 13 Juin - 23:31

Evindi Mot a écrit:
a miéhdzâ abim me ne kat é ne na : mot a ne mot, akusa bo mot a nying a bot bevok. le fait de vivre avec les autres ne constitue en rien une indication de cesser d'être soi-même. si tu cesses d'être toi-même que seras-tu ? le singe des autres ? la grimace des autres ? non.

et puis la mondialisation qui est présentée comme une des dernières trouvailles de l'ère occidentale n'a rien d'extraordinaire. la mondialisation a existé depuis que les peuples ont commencé à échanger, à commercer entre eux, à se croiser et à vivre ensemble. ce n'est pas nouveau.

l'européen qui demande à nsut de se mondialiser ne cesse jamais d'être lui-même. il a sa civilisation, son histoire qu'il célèbre au quotidien et vend aux autres (tourisme), sa langue, ses modes de vie, sa culture qu'il veut appliquer aux autres.

dans l'affaire il y a deux camps : le mondialisateur et le(s) mondialisé(s). le mondialisateur se comporte comme un nucleus autour duquel gravite les électrons (les mondialisés).

abim té


farao

Abui ngan a Evindi Mot farao
Pour moi cete histoire de mondialisation/universalisme est quasiment le pire mensonge (pour ne pas dire connerie) mise en place pour pérenniser le système actuel. Bref, c'est très réussi puisqu'aujourd'hui, une certaine police de la pensée veut que, même quand on souhaite poser une action juste pour être soi, on se sent obligé de se justifier, de dire "non ce n'est pas contre vous, je suis universaliste n'ayez pas peur" No Universaliste en général voulant dire être le plus proche possible du modèle anglo-saxon scratch

_________________
Z'adzo ne nsut ngoan mininga one moan satan?Ye ma bisi bisi !!!MENE MOAN ZAMBA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minsili mi Ngoan Ewondo



Féminin Nombre de messages : 2259
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Sam 14 Juin - 0:17

abomo ngono a écrit:
A bot bam, ma sili nsili: peut-on se faire entendre par ceux qui ont des "ornières dans les oreilles" et qui sont aveuglés par des idées arrêtées? N'est-ce pas un langage de sourds?

A Nya wama je me pose aussi la question. Si au début j'étais dans l'optique qu'il fallait éduquer tous les sceptiques à la longue, je ne suis plus la dedans pcq ce semble plus une perte de temps. J'ai aussi l'impression que les sceptiques (et dont les plus fervents fossoyeurs des projets vlant réveiller nsut mot) sont parmi nous, comme la victime qui a trouvé un semblant de "stabilité" dans son malheur et finalement s'y complaît ! Du coup dès qu'un élément de la horde de victimes veut sortir la tête, le reste se dit "akié, a ke vé na ! Il va où là !" peut-être pcq déjà, l'être humain mal dans son être éprouve du réconfort à voir qu'il n'est pas seul à souffrir, ou aussi parce que, lorsqu'un des membres du clan des victimes agit, cela renvoit aux yeux des endormis leur incapacité à faire la même chose et nul n'aime trop qu'on lui montre qu'on arrive et pas lui lol!

Je pense que c'est là l'un des plus grands succès de nanga kôn, il a mis un truc (devenu du ressort du mental à la longue) en place, nous on continue au fil des siècles à le perpétuer souvent incosnciemment. Il n'a plus grand chose à faire, il sait où appuyer pour que ses pantins nsure se mettent en route et viennent/tentent de bousiller toute vélleité de réveil Conséquence : on voit ce triste spectacle où n'importe qui (sauf noir) peut piétiner nsut mot, soit il se plaint dans son coin (ce qui ne change absolument rien), soit il crie au racisme mais bon, il agit rarement sur le long terme pour faire cesser le pb... mais alors na nsut mot comme soi-même vienne lui chercher des poux, c'est là où on voit que l'homme/femme noire peut sortir les griffes ! affraid Guinée équato, Afrique du Sud, Antilles (avec le sentiment anti-haïtien)... cela peut arriver dans n'importe lequel de nos pays/diaspora aujourd'hui, ce spectacle de Noirs remontés comme des (faux) lions contre d'autres Noirs, comme si c'est ça qui va mettre fin à la situation de "moins cher" de toute la planète où nous sommes

Je comprends ces questions puisqu'un jour où l'autre, on est amené à se les poser...

miéhdzâ a écrit:
...Comment alors faire comprendre qu'un retour aux sources n'est pas un repli identitaire? Quelle garantie alors donner à ceux qui sont tentés de croire que toute recherche de cohésion dans un groupe est un prélude d'antagonisme vis-à-vis des autres groupes?

adzidzon a écrit:
mbolo,
pour ma part, je pense kil faut éduquer les gens. leur faire comprendre ke le fait ke l'autre se réapproprie ce kil est n'est pas une menace et kil peut le faire à son tour s'il en exprime le désir. il est libre de ne pas regarder son passé, mais il doit par ailleurs respecter la liberté de celui ki a choisi de faire le mouvement inverse.
et à ceux ki ont choisi de regarder en arrière, il ne faut pas kils s'enferment dans leur identité. elle ne doit pas être un pretexte à l'exclusion.
dans tous les cas, il faut éduquer...

... mais sincèrement, j'en suis arrivée au point où je pense que, malgré toute la bonne volonté du monde, jamais une action de valorisation de sa culture ne sera accueilli à bras ouverts. A partir du moment où on le sait et qu'on est clair dans sa démarche, akah ça va, autant vraiment tout mettre en oeuvre pour valoriser cette culture, et ne pas se disperser ou perdre son énergie à convaincre des gens qui de toute façon ont déjà leur idée ! Je ne dis pas qu'il faille agir comme si les autres n'existent pas ou oublier de soigner sa communication, mais pour moi il ya deux camps : les sceptiques qui ont peur par ignorance, et en voyant les actions menées, finissent par voir que leur peur n'est en rien justifiée, et peuvent même à la fin donner un coup de pouce parcequ'au passage ils ont eu les yeux ouverts... amu ba yen na l'action que mène tel groupe n'est en rien contre eux, mais s'inscrit dans un cadre plus général : en se connaissant déjà soi-même, nsut mot est plus à même d'aider son continent. Je ne crois pas que ce genre-là a nécessairement besoin d'être "éduqué" car les actions parlent d'elles-mêmes. Quand on agit de façon sincère (clair dans ses idées), ça se voit (la preuve avec B. Obama)
L'autre camp, c'est celui des sceptiques qui le sont pcq'ils le sont... ben qu'ils le restent c'est quoi même lol ! lol! ça va quoi ! Ge mbot bezing bayi na ma tobo bissouglou et mekout toute leur vie, ben qu'ils le restent à la fin. Trop de pertes d'énergie alors qu'on peut l'employer à attirer vers soi ceux qui ne se mettent pas d'eillères, et justement ceux qui ne se mettent pas d'eoillères peuvent venir de partout, pas toujours être issus du milieu d'origine.

En somme, par ses actions, on est de facto universaliste (dans le vrai sens et non le machin qu'on nous vend actuellement) et non une démarche où même avant d'agir, on doit déjà montrer patte blanche d'ouverture, pour moi il ya une nuance. Bref à un moment, accepter d'être soi dans le respect des autres, et laisser parler les gens comme dit Petit Pays chez nous lol!

_________________
Z'adzo ne nsut ngoan mininga one moan satan?Ye ma bisi bisi !!!MENE MOAN ZAMBA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minsili mi Ngoan Ewondo



Féminin Nombre de messages : 2259
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Sam 14 Juin - 0:22



adzidzon a écrit:
partant du principe que la mondialisation que nous connaissons aujourd'hui n'est pas le fruit d'une rencontre et d'un échange équitable de cultures, qu'elle est plutot celle d'une seule culture, la culture anglo-saxonne en particulier, qui s'impose (soit par la force comme actuellement en irak), soit par d'autres canaux moins visibles mais tout aussi puissants, je considère pour ma part ke la seule espérance qui nous reste dans cette situation, c'est ce ke nous sommes, c'est notre culture. pour la maintenir sans s'aliéner les autres, il faut déjà posé clairement ke le retour vers soi ne signifie pas la haine de l'autre. il faut encourager chacun de nous, dans sa différence, à rechercher et à préserver ce kil est, pas pour s'y enfermer définitivement, mais pour mieux se ressourcer et mieux se connaitre avant d'aller vers ce rendez-vous du donner et du recevoir dont parlait senghor. car la richesse de ce rendez-vous n'est pas tant dans notre uniformisation, mais dans la découverte de la différence culturelle que m'offre l'autre.
pour conclure donc ä moadzang miéhdzâ, tu l'auras compris, pour moi la tradition, la nôtre, comme celle des autres, doit exister car c'est elle ki fait notre différence, c'est d'elle seule que nous pourrions parler avec aisance car c'est ce ke nous sommes, et c'est elle que nous pouvons offrir au monde. rompre avec cette tradition, c'est rompre peu à peu avec l'héritage de nos pères pour épouser celle des founds fathers. les pères des autres. akiba.[i]

miéhdzâ a écrit:
Mbolo.
Je crois comme toi qu'il serait difficile de prétendre participer au bon fonctionnement de l'ensemble, avant de s'être assuré de celui de l'élément. Tu l'as dit: il vaut mieux que nous commencions par mieux savoir qui nous sommes, comment nous sommes... et ensuite seulement, apporter notre pierre à l'édifice du monde nouveau. Faute de quoi, nous serons toujours à la remorque de quelqu'un.

_________________
Z'adzo ne nsut ngoan mininga one moan satan?Ye ma bisi bisi !!!MENE MOAN ZAMBA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miéhdzâ
Admin


Masculin Nombre de messages : 1516
Localisation : Libreville
Date d'inscription : 17/10/2006

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Mar 15 Juil - 16:53

Nous avons un grand problème à surmonter:
Quand nous débarquons, tous les repères sont déjà réservés.
Et nous voilà obligés de nous aligner sur les autres.
- Nous mesurons l'intelligence de nos enfants avec des mesures venues d'ailleurs.
- Nous apprécions la beauté de nos femmes selon les critères définis ailleurs.
- Nous commençons à définir nos valeurs morales selon des raisonnements venus d'ailleurs.
Et finalement, cet ailleurs qui devait n'être qu'un acquis supplémentaire, finit par devenir notre inné!
Bia ye bo ya?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TÄRE EVIVI NGUEMA



Masculin Nombre de messages : 511
Age : 56
Localisation : Province de l'Estuaire GABON
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Mar 15 Juil - 17:18

miéhdzâ a écrit:
Voilà justement le défi à relever: savoir, d'une main tenir ce qui nous rend différent des autres, et de l'autre, serrer la main de ces "autres-là".
Akiba anen.

La main que nous serrons prend le dessus sur celle qui nous rend différent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miéhdzâ
Admin


Masculin Nombre de messages : 1516
Localisation : Libreville
Date d'inscription : 17/10/2006

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Jeu 17 Juil - 16:38

Eh oui! Heureusement que c'est toujours à nous mêmes de décider de la voie à prendre.
Akiba!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TÄRE EVIVI NGUEMA



Masculin Nombre de messages : 511
Age : 56
Localisation : Province de l'Estuaire GABON
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Ven 18 Juil - 13:31

A chacun son livre de sagesse
-Aux juifs la bible
-Aux arabes le coran
-Aux grecs LIliade et l'Odyssée

C'est le meme rapport que les anciens Fang entretenaient avec le Mvett.
Je crois que si nous voulons jouer un rôle ou apporter notre son de musique dans la mondialisation il nous faut aller au-dela de nos vies individuelles.

C'est vrai que chacun peut vivre sa Fanguité chez soi en écoutant Sima Mboula et en échangeant sur monefang, certes. Mais, nous devons savoir que nos villages son en pleine transformation et qu'au fil du temps l'exode rural aidant nous seront condamnés à vivre dans des villes. C'est pourquoi nous devons introduire la "tradition" le ptrimoine Fang dans la mondialisation par le prosélytisme. Il faut précher auprès de nos enfants et nos plus jeunes frères en présentant la richesse de ce patrimoine pour notre époque.
On pourrait y parvenir en initiant des caravannes et des bains linguistiques plus attrayantes. En créant des pélérinages, des bourses d'excellence, des prix et, pourquoi pas une journée de la Mémoire Fang.
Il s'agit de la survie d'un patrimoine encore et encore trop oral.
Il est impérieux de produire des dictionnaires plus accessibles et des ouvrags didactiques. Batir une bibliothèque où seront rassemblés tous les livres, thèses de doctorat, mémoire, films, documentaires, objets d'art et la musique qui constituent le patrimoine.

Enfin, faire du lobbying auprès des responsables pour que soit enseigner le patrimone Fang (Histoire, culture, philosophie, art, etc.) dans les établissements ou à défaut créer des écoles privées. En nous servant aussi des grands noms d'origine Fang dans les domaines comme le sport et la musique.
Je sais qu'il existe déjà un logiciel de Songo'o, il faut un mvett et de je ne sais quoi encore.

Et j'ai aimé ta formule des deux mains pour deux raisons. La première c'est que, contrairement à ce que d'aucuns pensent les Fang étaient très ouverts en témoignent les emprunts chez les autres au premier chef nos voisins d'afrique centrale. On le voit avec le bwiti. Mais en ajoutant notre emprunte digitale de sorte que tout le s'accorde à reconnaitre qu'il s'agit bien d'un Bwiti-Fang comme cela est désormais attesté.
On pourrait élargir les exemples de ce genre à l'envie.
Echange avec l'autre qui devraient se nourrir aussi d'une longue et pénible pédagogie et d'une déconstruction des préjugés de part et d'autres, et non se positionner en réactionnaires. Les critiques des autres doivent nous conduire à grandir et non matter ceux qui portent d'autres culture. Cela pourrait paraitre naïf certainement, mais cette attitudes porte plus de fruit que la violece qui éloigne chaque jour les autres de nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TÄRE EVIVI NGUEMA



Masculin Nombre de messages : 511
Age : 56
Localisation : Province de l'Estuaire GABON
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Ven 18 Juil - 22:03

On compte sur chacun d'entre nous pour creuser et explorer les pistes la culture Ekang occupe enfin la place qu'elle mérite.
Que dites-vous mes freres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minsili mi Ngoan Ewondo



Féminin Nombre de messages : 2259
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Sam 19 Juil - 0:19

NGUEMA MBA EVIVI a écrit:

C'est vrai que chacun peut vivre sa Fanguité chez soi en écoutant Sima Mboula et en échangeant sur monefang, certes. Mais, nous devons savoir que nos villages son en pleine transformation et qu'au fil du temps l'exode rural aidant nous seront condamnés à vivre dans des villes. C'est pourquoi nous devons introduire la "tradition" le ptrimoine Fang dans la mondialisation par le prosélytisme. Il faut précher auprès de nos enfants et nos plus jeunes frères en présentant la richesse de ce patrimoine pour notre époque.
On pourrait y parvenir en initiant des caravannes et des bains linguistiques plus attrayantes. En créant des pélérinages, des bourses d'excellence, des prix et, pourquoi pas une journée de la Mémoire Fang.
Il s'agit de la survie d'un patrimoine encore et encore trop oral.
Il est impérieux de produire des dictionnaires plus accessibles et des ouvrags didactiques. Batir une bibliothèque où seront rassemblés tous les livres, thèses de doctorat, mémoire, films, documentaires, objets d'art et la musique qui constituent le patrimoine.

Enfin, faire du lobbying auprès des responsables pour que soit enseigner le patrimone Fang (Histoire, culture, philosophie, art, etc.) dans les établissements ou à défaut créer des écoles privées. En nous servant aussi des grands noms d'origine Fang dans les domaines comme le sport et la musique.

C'est ça même

_________________
Z'adzo ne nsut ngoan mininga one moan satan?Ye ma bisi bisi !!!MENE MOAN ZAMBA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miéhdzâ
Admin


Masculin Nombre de messages : 1516
Localisation : Libreville
Date d'inscription : 17/10/2006

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Mar 22 Juil - 17:02

NGUEMA MBA EVIVI a écrit:
... Je crois que si nous voulons jouer un rôle ou apporter notre son de musique dans la mondialisation il nous faut aller au-dela de nos vies individuelles.
... Mais, nous devons savoir que nos villages son en pleine transformation et qu'au fil du temps l'exode rural aidant nous seront condamnés à vivre dans des villes. C'est pourquoi nous devons introduire la "tradition" le ptrimoine Fang dans la mondialisation par le prosélytisme. Il faut précher auprès de nos enfants et nos plus jeunes frères en présentant la richesse de ce patrimoine pour notre époque.
On pourrait y parvenir en initiant des caravannes et des bains linguistiques plus attrayantes. En créant des pélérinages, des bourses d'excellence, des prix et, pourquoi pas une journée de la Mémoire Fang.
Il s'agit de la survie d'un patrimoine encore et encore trop oral.
Il est impérieux de produire des dictionnaires plus accessibles et des ouvrags didactiques. Batir une bibliothèque où seront rassemblés tous les livres, thèses de doctorat, mémoire, films, documentaires, objets d'art et la musique qui constituent le patrimoine...
...Enfin, faire du lobbying auprès des responsables pour que soit enseigner le patrimone Fang (Histoire, culture, philosophie, art, etc.) dans les établissements ou à défaut créer des écoles privées. En nous servant aussi des grands noms d'origine Fang dans les domaines comme le sport et la musique.
Je sais qu'il existe déjà un logiciel de Songo'o, il faut un mvett et de je ne sais quoi encore...
Toutes ces suggestions témoignent d'un bouillonnement intérieur; d'un fardeau; du vif désir de porter haut les couleurs de la fangophonie. Pour la préservation de notre si beau patrimoine. Akiba!
Nul doute que ce qui commence ici comme un faible bourgeon, ira grandissant, grandissant, grandissant!!!
Akiba anen!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Essonne de Mvome-Zoq



Masculin Nombre de messages : 1087
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Mer 23 Juil - 0:57

Bon! Qu'est-ce qu'on attend alors?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miéhdzâ
Admin


Masculin Nombre de messages : 1516
Localisation : Libreville
Date d'inscription : 17/10/2006

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Mer 23 Juil - 16:29

Essonne Mfoulou-Ze a écrit:
Bon! Qu'est-ce qu'on attend alors?
J'allais poser la même question... Nous avons déjà mené un an et plus de réflexions, de propositions... Et nous nous sommes dits: pour tout démarrer, il nous faut une association. Et pour éviter les frilosités équatoriales, nous avons mandaté nos frères vivant le pays des libertés, des égalités, et des fraternités, pour qu'ils nous concrétisent tous ça... Je sais que ce dossier avance.
Par ailleurs, nous qui nous réveillons tous les jours dans le fangland, devrions aussi nous retrouver...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TÄRE EVIVI NGUEMA



Masculin Nombre de messages : 511
Age : 56
Localisation : Province de l'Estuaire GABON
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Mer 23 Juil - 16:55

[quote="miéhdzâ"]
Essonne Mfoulou-Ze a écrit:
Bon! Qu'est-ce qu'on attend alors?
J'allais poser la même question... Nous avons déjà mené un an et plus de réflexions, de propositions... Et nous nous sommes dits: pour tout démarrer, il nous faut une association. Et pour éviter les frilosités équatoriales, nous avons mandaté nos frères vivant le pays des libertés, des égalités, et des fraternités, pour qu'ils nous concrétisent tous ça... Je sais que ce dossier avance.
Par ailleurs, nous qui nous réveillons tous les jours dans le fangland, devrions aussi nous retrouver...[/quote]

fangland ??? Akiéééééééé
Démasquer les frileux alors !
Engong !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evindi Mot



Masculin Nombre de messages : 1682
Localisation : Atchi Ngos
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Mer 23 Juil - 20:51

Modjang,

wa wok wo m-vo-eeeeeeee. Nous avons effectivement besoin d’une structure qui remplisse le double-rôle de gardien/lumière de la tradition EKANG.
Gardien pour préserver le patrimoine ancestral pour l’éternité. Lumière pour éclairer et inspirer les générations présentes et futures. Une telle structure s’impose donc complètement.

Je vois deux volets pour ce projet :

1/un premier volet qui serait une sorte de Centre de la Culture et du Patrimoine Ekang. La chose fonctionnerait comme un grand centre culturel, avec :
-une bibliothèque qui regrouperait un maximum de livres, publications, dictionnaires, travaux universitaires sur les Ekang.
– une vidéothèque ou archive de tout ce qui est films, docs télé ou privés sur les Ekang.
–une audiothèque qui conserverait des docs audio ou phonographique sur les Ekang (musiques : mvett, rythmes, minkana, etc.)
–un espace pour les expositions de docs photographiques d’archives datant de l’époque coloniale et avant si possible (photographies d’explorateurs, etc) sur les Ekang, ex / « fang du Haut-ivindo », « guerrier fang », « femme fang du début du siècle », etc.

En fonction de l’abondance des documents des expo thématiques pourront être envisagées : artisanat Ekang, statuaire Ekang, médecine Ekang, architecture de villages Ekang, arsenal militaire des Ekang (lances, arbalètes, poignards, sabres, etc.), parures Ekang, vêtements et textiles des Ekang, outils agricoles Ekang (houes, machettes, etc.), outils de pêche Ekang (nasses, paniers à pêche, etc.), jeux de société des Ekang.

-une salle de spectacle avec du Mvett en live devra faire partie du grand centre, de même qu’
-un Abah qui officiera aussi en tant que salle de conférence pour laisser la parole aux frères et aux sœurs qui désirent partager leurs connaissances, le fruit de leurs recherches sur notre Patrimoine.

2/un deuxième volet pourra être constitué d’une bibliothèque virtuelle, d’une banque de données informatiques sur tout ce qui culturellement, politiquement a été et est produit comme documentation (papier, audio, video) sur les Ekang. Ces données seront consultables sur ordinateur dans le Centre. Un site web devra constituer le second pôle de cette bibliothèque virtuelle.

Des pistes existent effectivement. Nous avons donc les lianes qui vont avec nos coupe-coupes. Fédérons nos énergies, mettons ensemble les réflexions des uns et des autres afin de matérialiser La chose. Pensons à matérialiser cela que nous concevons. Cet aspect nous fait énormément défaut. Nous devons avoir du concret. Nos réflexions doivent aboutir à donner vie à ce qui est déjà vivant dans nos esprits.


farao
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://belinga.blog4ever.com
Radio Assok Medzeng



Féminin Nombre de messages : 174
Localisation : Canada
Date d'inscription : 25/04/2008

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Mer 23 Juil - 20:57

Il ne manque plus que des commanditaires et des mécènes et le tour est joué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nbgcommunication.com
Evindi Mot



Masculin Nombre de messages : 1682
Localisation : Atchi Ngos
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Mer 23 Juil - 21:05

voiiiilà a mema, akiba. le mot est laché, "les mécènes", autrement dit le financement : qui approcher et comment ? comment travailler notre communication afin de les intéresser à La chose ?

avant toute chose, interrongeons nos ancêtres sur toute cette histoire. présentons-leur notre démarche qui est un projet global pour tout l'AYONG et AFRICA. ensuite écoutons ce qu'ils voudront bien nous répondre.


farao
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://belinga.blog4ever.com
Essonne de Mvome-Zoq



Masculin Nombre de messages : 1087
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Jeu 24 Juil - 2:24

Evindi Mot a écrit:
Modjang,

wa wok wo m-vo-eeeeeeee. Nous avons effectivement besoin d’une structure qui remplisse le double-rôle de gardien/lumière de la tradition EKANG.
Gardien pour préserver le patrimoine ancestral pour l’éternité. Lumière pour éclairer et inspirer les générations présentes et futures. Une telle structure s’impose donc complètement.

Je vois deux volets pour ce projet :

1/un premier volet qui serait une sorte de Centre de la Culture et du Patrimoine Ekang. La chose fonctionnerait comme un grand centre culturel, avec :
-une bibliothèque qui regrouperait un maximum de livres, publications, dictionnaires, travaux universitaires sur les Ekang.
– une vidéothèque ou archive de tout ce qui est films, docs télé ou privés sur les Ekang.
–une audiothèque qui conserverait des docs audio ou phonographique sur les Ekang (musiques : mvett, rythmes, minkana, etc.)
–un espace pour les expositions de docs photographiques d’archives datant de l’époque coloniale et avant si possible (photographies d’explorateurs, etc) sur les Ekang, ex / « fang du Haut-ivindo », « guerrier fang », « femme fang du début du siècle », etc.

En fonction de l’abondance des documents des expo thématiques pourront être envisagées : artisanat Ekang, statuaire Ekang, médecine Ekang, architecture de villages Ekang, arsenal militaire des Ekang (lances, arbalètes, poignards, sabres, etc.), parures Ekang, vêtements et textiles des Ekang, outils agricoles Ekang (houes, machettes, etc.), outils de pêche Ekang (nasses, paniers à pêche, etc.), jeux de société des Ekang.

-une salle de spectacle avec du Mvett en live devra faire partie du grand centre, de même qu’
-un Abah qui officiera aussi en tant que salle de conférence pour laisser la parole aux frères et aux sœurs qui désirent partager leurs connaissances, le fruit de leurs recherches sur notre Patrimoine.

2/un deuxième volet pourra être constitué d’une bibliothèque virtuelle, d’une banque de données informatiques sur tout ce qui culturellement, politiquement a été et est produit comme documentation (papier, audio, video) sur les Ekang. Ces données seront consultables sur ordinateur dans le Centre. Un site web devra constituer le second pôle de cette bibliothèque virtuelle.

Des pistes existent effectivement. Nous avons donc les lianes qui vont avec nos coupe-coupes. Fédérons nos énergies, mettons ensemble les réflexions des uns et des autres afin de matérialiser La chose. Pensons à matérialiser cela que nous concevons. Cet aspect nous fait énormément défaut. Nous devons avoir du concret. Nos réflexions doivent aboutir à donner vie à ce qui est déjà vivant dans nos esprits.


farao

Je te verrais bien à la tête de la commission "Etude des projets" dans la structure qui est en gestation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miéhdzâ
Admin


Masculin Nombre de messages : 1516
Localisation : Libreville
Date d'inscription : 17/10/2006

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Jeu 24 Juil - 13:48

Effectivement! Je me rappelle que la première proposition de notre soeur Abomo Ngono sur le forum fut celle de la création d'un Centre Culturel... Suivi de celle du Festi. L'idée suit son cours. La concrétisation de certains préalables constituera une avancée d'étape. Merci à Evindi Mot et Essonne Mfoulou-Zepour la clarté de leur vision.
Akiba.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minsili mi Ngoan Ewondo



Féminin Nombre de messages : 2259
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Jeu 24 Juil - 23:29

Ikiiiiiiii Evidni Mot, ce que tu dis là

_________________
Z'adzo ne nsut ngoan mininga one moan satan?Ye ma bisi bisi !!!MENE MOAN ZAMBA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miéhdzâ
Admin


Masculin Nombre de messages : 1516
Localisation : Libreville
Date d'inscription : 17/10/2006

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Mer 6 Aoû - 12:21

Bon, on retient quoi? Qu'on a déjà un responsable du département "Etude des Projets" désigné? Validé? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TÄRE EVIVI NGUEMA



Masculin Nombre de messages : 511
Age : 56
Localisation : Province de l'Estuaire GABON
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Jeu 7 Aoû - 10:29

Je crois que personne ne s'y opposerait. Fame Evindi travaille comme ses pères ye akeng esse.
Et le notable Miéhdza s'occupera alors de quoi ? Et le Gnamoro Essone Mfoulou ? Et la Grande royale du village ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miéhdzâ
Admin


Masculin Nombre de messages : 1516
Localisation : Libreville
Date d'inscription : 17/10/2006

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Jeu 7 Aoû - 14:39

NGUEMA MBA EVIVI a écrit:
Je crois que personne ne s'y opposerait. Fame Evindi travaille comme ses pères ye akeng esse.
Et le notable Miéhdza s'occupera alors de quoi ? Et le Gnamoro Essone Mfoulou ? Et la Grande royale du village ?
Idea
... Ben, nous qui sommes sur place, nous pouvons prospecter. Localiser les oeuvres à collecter, étudier les conditions d'acquisition...!
Je sais que tant d'oeuvres subsistent encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evindi Mot



Masculin Nombre de messages : 1682
Localisation : Atchi Ngos
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Jeu 7 Aoû - 20:05

c'est incroyable le nombre d'objets de culte qui se trouvent en exil. ici à Fala j'ai vu tellement de statuettes du byéri qu'on dirait presque qu'elles sont natives du coin.

oui, je suis certain qu'il est possible sur place a djal de tomber sur des spécimens de mvett, bikwara (baguettes qui rythment le récit du mvett), mengong (grelots qui rythment le récit), mfan (arbalette), etc. si possible, il serait intéressant de repérer des artisans qui savent fabriquer ces objets.

nsili: le ministère de la culture ? quels organismes pour apporter des financer à la chose ? qui approcher concrètement ?


farao
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://belinga.blog4ever.com
abomo ngono
Admin


Féminin Nombre de messages : 1104
Localisation : région parisienne
Date d'inscription : 18/02/2007

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Ven 8 Aoû - 0:11

Comme l'a si bien souligné gnamoro miédhzâ, l'idée fait son chemin. La question du financement a toute son importance mais il me semble que nous devrions au préalable bien ficeler le projet de façon à ce qu'il puisse se vendre. La commission "Etudes & Projets"? owoé, evindi mot a yiène foa e itoane té, bebela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Essonne de Mvome-Zoq



Masculin Nombre de messages : 1087
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Ven 8 Aoû - 5:06

NGUEMA MBA EVIVI a écrit:
Je crois que personne ne s'y opposerait. Fame Evindi travaille comme ses pères ye akeng esse.
Et le notable Miéhdza s'occupera alors de quoi ? Et le Gnamoro Essone Mfoulou ? Et la Grande royale du village ?

Heenn! Nguema Mba!... Ye biaa ye sum e ba zok ke na é wu? A ntoo foghe naa "ma me ne ye ongol" ; Kaa, ma foo me ne ye mesong"... (C'est pour rire). Mais si j'avais effectivement émis l'hypithèse que Evindi Mot s'occupe de la commission Etdue des Projets, c'est parce que, de mon point de vue, et apparamment du point de vue de beaucoup d'entre nous, il présente des aptitudes dans ce sens. La question que tu poses risue d'être venue un peu trop vite. Il faudra bien voir dans quels domaines nous autres que tu cites avons aussi des aptitudes et avec quel degré d'engagement. Nge bia kome bo bebela adzo bia koman di, il faudra écarter les affectations affectives. Je dois toutefois te remercier de penser à moi comme quelqu'un qui peut jouer un rôle dans l'affaire. C'est peut être aussi là le fruit de ton observation. Mais je note quand même que cette liste évite soigneusement de mentionner ton propre nom. Alors que tu figures parmis des gens sur qui nous comptons tous!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?   Aujourd'hui à 8:47

Revenir en haut Aller en bas
 
Quelle place pour la tradition dans la mondialisation?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quelle taille pour le local technique ?
» Quelle hormone pour bouturer une Passiflore?
» Quelle voiture pour transporter nos chiens?
» Quelle couleur pour des double-rideaux ?
» Quelle couleur pour ma chambre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Be-fang@beti.com :: Discussion générale-
Sauter vers: