Forum Be-fang@beti.com

Mbemba soan Aba !!!!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  RETOUR SUR LE SITERETOUR SUR LE SITE  

Partagez | 
 

 Langues en danger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
adzidzon
Admin


Nombre de messages : 2848
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Langues en danger   Jeu 26 Mar - 13:26

jay a écrit:
j ai des amis qui ne parle pas punu parceque leur pere ne voulait pas

Les hommes nuisent de deux manières à l'éducation de leurs enfants. D'un côté, ils participent activement en obligeant leur progéniture à rompre avec le village (la langue, la culture...). C'est le cas avec les pères qui obligent leurs enfants à ne point communiquer dans leur langue locale. Et l'exemple de Jay n'est malheureusement pas une exception. De plus en plus de pères fang et non-fang mettent un point d'honneur à ce que leurs enfants ne causent que foulassi. Récemment, alors que je reprochais à des neveux le fait qu'ils ne parlent plus fang, alors qu'habituellement ils le parlaient bien, ils m'ont avoué que leurs parents le leur avaient interdit, sous peine d'une rapide taloche . Je suis tombé des nues! affraid
D'un autre côté, de plus en plus, les hommes participent également passivement à l'éducation de leurs enfants, occupés qu'ils sont à courir après les bars et les petites, et n'interviennent plus réellement et surtout positivement dans l'éducation de leurs enfants. C'est ce second aspect qui fait que l'essentiel de l'éducation des enfants (dont l'éducation culturelle), incombe aux femmes. Par un acte de mauvaise foi, les hommes, oubliant de signaler leur absence permanente, ont vite fait de trouver un bouc émissaire quand tout va mal: la femme. Et quand les choses vont bien, ils pensent que c'est normal. Moadzang Essonne a beau dire
Citation :
Kaa!.. Nkobe o se vàa. Be fam be se mekua!
Cela me rappelle l'attitude habituelle des Africains (dont je fais parti, je n'ai pas encore changé ). Les malheurs de l'Afrique? Ben, c'est toujours les autres, mais jamais nous ! La stratégie du bouc émissaire... Toujours l'autre, mais jamais soi-même... On ne grandit pas en fuyant ses responsabilités et ses erreurs, au contraire. Nous en tant qu'homme, il faudrait que nous nous interrogions honnêtement sur notre participation à l'éducation de nos enfants. En n'oubliant pas qu'on peut éduquer de deux manières: en faisant, et en ne faisant pas. Chef de famille, ce n'est pas que se contenter d'envoyer un chèque pour la nourriture du mois, ce n'est pas que payer l'ordonnance, ce n'est pas qu'assurer un toit, ... Tout cela est bien, mais ce n'est pas suffisant. Il faut être présent. Quel message peut-on envoyer à nos enfants si, les laissant dans une grande maison avec tout le confort, on passe en revanche tout notre temps chez la petite ou au bar?
Bon, je vais m'arrêter, ça fait long. Je voulais juste préciser qu'écrivant cela, je ne veux pas dédouaner la femme, je ne prends parti. Mais me limitant au cas de l'homme, je dis qu'il est absent et, ce faisant, il travaille (pour revenir et ne nous limiter qu'à ce point) à la disparition de nos langues africaines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Essonne de Mvome-Zoq



Masculin Nombre de messages : 1087
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Langues en danger   Jeu 26 Mar - 13:38

[quote="adzidzon"]
jay a écrit:

D'un autre côté, de plus en plus, les hommes participent également passivement à l'éducation de leurs enfants, occupés qu'ils sont à courir après les bars et les petites, et n'interviennent plus réellement et surtout positivement dans l'éducation de leurs enfants.

Va-s-y moadzang, donne nous des nom!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adzidzon
Admin


Nombre de messages : 2848
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Langues en danger   Jeu 26 Mar - 13:42

[quote="Essonne de Mvome-Zoq"]
adzidzon a écrit:
jay a écrit:

D'un autre côté, de plus en plus, les hommes participent également passivement à l'éducation de leurs enfants, occupés qu'ils sont à courir après les bars et les petites, et n'interviennent plus réellement et surtout positivement dans l'éducation de leurs enfants.

Vas-y moadzang, donne nous des nom!
Moadzang, si les noms sortent, je joue ma vie!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Essonne de Mvome-Zoq



Masculin Nombre de messages : 1087
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Langues en danger   Jeu 26 Mar - 13:50

[quote="adzidzon"]
jay a écrit:
Nous en tant qu'homme, il faudrait que nous nous interrogions honnêtement sur notre participation à l'éducation de nos enfants. En n'oubliant pas qu'on peut éduquer de deux manières: en faisant, et en ne faisant pas. Chef de famille, ce n'est pas que se contenter d'envoyer un chèque pour la nourriture du mois, ce n'est pas que payer l'ordonnance, ce n'est pas qu'assurer un toit, ... Tout cela est bien, mais ce n'est pas suffisant. Il faut être présent.

Heureusement que certaines personnes peuvent encore ramer à contre courant! Je me souviens qu'à LBV, avec mes deux garçons qui sont à moitié Punu, j'interdisais l'usage du Fulasi pendant le week end à la maison. C'était le Fang ou le Punu. Heureusement que j'avais eu le temps de prendre des notions quand j'étais avec leur mère! Trop fort!

Au début c'était difficile. Mais par la suite tout le monde s'en sortait, avec la conscience que c'était important.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
emone mema



Masculin Nombre de messages : 604
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 19/11/2007

MessageSujet: Re: Langues en danger   Jeu 26 Mar - 20:04

L'autre raison qui pointe la responsabilité des parents dans le fait que les enfants ignorent la langue est qu'ils interdisent de plus en plus à leurs enfants de partir au village. Déjà, un grand nombre d'entre nous, n'est plus très régulier au village sous prétexte qu'il y a des sorciers. Comme si rester à lbv constitue une cachette pour ses enfants contre les mi bwö bwö affraid .
Il n'y a qu'au village qu'un enfant est complètement immergé dans la culture.

Tiens, ça me rappel une histoire drôle d'un neveu qui est allé au vg pour la 1ère fois à l'âge de 5 ans. Evidemment il ne parlait que nfulassi, deux semaine après, il parlait "nfulafang". C'est commeça qu'un jour, un cousin ramèna du miel. Comme on lui disait de faire attention aux abeilles, le petit désormais pour demander du miel disait à sa mère: maman je veux manger le nvouvoung (=abeille) Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Essonne de Mvome-Zoq



Masculin Nombre de messages : 1087
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Langues en danger   Jeu 26 Mar - 23:06

emone mema a écrit:
L'autre raison qui pointe la responsabilité des parents dans le fait que les enfants ignorent la langue est qu'ils interdisent de plus en plus à leurs enfants de partir au village. Déjà, un grand nombre d'entre nous, n'est plus très régulier au village sous prétexte qu'il y a des sorciers. Comme si rester à lbv constitue une cachette pour ses enfants contre les mi bwö bwö affraid .
Il n'y a qu'au village qu'un enfant est complètement immergé dans la culture.

Tiens, ça me rappel une histoire drôle d'un neveu qui est allé au vg pour la 1ère fois à l'âge de 5 ans. Evidemment il ne parlait que nfulassi, deux semaine après, il parlait "nfulafang". C'est commeça qu'un jour, un cousin ramèna du miel. Comme on lui disait de faire attention aux abeilles, le petit désormais pour demander du miel disait à sa mère: maman je veux manger le nvouvoung (=abeille) Very Happy Very Happy

On ne sait même pas qui leur a dit que la distance géographique est ce qui empêche les Beyem de faire leur basse besogne, vraiment! pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miéhdzâ
Admin


Masculin Nombre de messages : 1516
Localisation : Libreville
Date d'inscription : 17/10/2006

MessageSujet: Re: Langues en danger   Mer 13 Mai - 20:05

Hier encore, je regardais un documentaire retraçant le parcours d'enfants d'origine malienne venus se ressourcer sur la terre de leurs ancêtres. Quel bel exemple.!!!
En plus, Essonne a bien raison! Les beyem, c'est comme les moustiques: vaut mieux vivre dans leur zone infestée, s'y frotter quotidiennement, et être ainsi immunisé...
Mi tah de ya?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyamoro OLLOM'ELLA NGUEMA



Masculin Nombre de messages : 677
Age : 86
Localisation : Paris / Thoo-Effack /
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: Langues en danger   Jeu 14 Mai - 1:32

ha ne me parlez pas de langues en danger. Je suis en train de faire une thèse sur une langue gabonaise qui est en rain de disparaitre sous nos yeux: le shiwa. Ne parlons même plus d'autres langues qui ont pratiquement disparu comme le ghévia, il n'est plus parlé que pas deux personnes: un gabonais et un NERLANDAIS affraid dzouooooo!!!
ce vers quoi nous sommes en train de tendre c'est de nous faire enseigner nos propres langues par les mintangan. C'est d'ailleurs ce qui se passe en ce moment. J'ai une amie myènè, qui prend des cours de Myènè à l'inalco (PARIS) auprès d'un Anglais!
nous ne nous rendrons compte de ce que nous sommes en train de perdre que lorsque nous aurons tout perdu et que nous n'aurons même plus de langue. Nous parlerons français me direz-vous, mais quel français, celui que je vois les enfants parler à KINGUELE? moi je dis, le dernier fils de ma 300ème épouse qui vit au village, qui parle correctement fang mas ne connait que quelques mots fùlàsi à lui au moins une identité ethnolinguistique comparativement à la petite fille de la cousine de ma petite nièce qui vit à ATSIB6NTSOT et qui parle un véritable Fulamengama délabré.
je dis demain, nos langues vaudront de l'or parce qu'elles sont le véhicule de nos cultures.
un enfant impoli me disait un jour ''haaa le vieux, laisse nous avec ta langue de villageois''. Je lui ai dit ''haa, mon fils! le Gabon est connu aujourd'hui pour son bwiti par exemple. Les gens partent du monde entier pour se faire initier. Si cela est bien exploiter, c'est de l'argent qui tombera, mon fils quand tu auras besoin d'argent et que tu comprendra que le bwiti rapporte de l'argent, il sera trop tard, PEUT-ETRE DANSERAS-TU TON BWITI EN FRANçAIS''!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Essonne de Mvome-Zoq



Masculin Nombre de messages : 1087
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Langues en danger   Jeu 14 Mai - 4:18

Nyamoro OLLOM'ELLA NGUEMA a écrit:
ha ne me parlez pas de langues en danger. Je suis en train de faire une thèse sur une langue gabonaise qui est en rain de disparaitre sous nos yeux: le shiwa. Ne parlons même plus d'autres langues qui ont pratiquement disparu comme le ghévia, il n'est plus parlé que pas deux personnes: un gabonais et un NERLANDAIS affraid dzouooooo!!!

Aaaah!... Ollomo. Toi tu ne sais pas qu'il faut laisser les morts mourir de leur belle mort? Quel maléfice a bien pu les réduire au singleton comme ça? On dirait une espèce de dinosaure!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minsili mi Ngoan Ewondo



Féminin Nombre de messages : 2259
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: Langues en danger   Jeu 14 Mai - 10:49

miéhdzâ a écrit:
Hier encore, je regardais un documentaire retraçant le parcours d'enfants d'origine malienne venus se ressourcer sur la terre de leurs ancêtres. Quel bel exemple.!!!
En plus, Essonne a bien raison! Les beyem, c'est comme les moustiques: vaut mieux vivre dans leur zone infestée, s'y frotter quotidiennement, et être ainsi immunisé...
Mi tah de ya?

Ma fe me ga yene docu té a France O, vraiment très très interessant, et dire que l'idée est surtout porté par des "jeunes"

_________________
Z'adzo ne nsut ngoan mininga one moan satan?Ye ma bisi bisi !!!MENE MOAN ZAMBA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyamoro OLLOM'ELLA NGUEMA



Masculin Nombre de messages : 677
Age : 86
Localisation : Paris / Thoo-Effack /
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: Langues en danger   Jeu 14 Mai - 14:31

Essonne de Mvome-Zoq a écrit:
Nyamoro OLLOM'ELLA NGUEMA a écrit:
ha ne me parlez pas de langues en danger. Je suis en train de faire une thèse sur une langue gabonaise qui est en rain de disparaitre sous nos yeux: le shiwa. Ne parlons même plus d'autres langues qui ont pratiquement disparu comme le ghévia, il n'est plus parlé que pas deux personnes: un gabonais et un NERLANDAIS affraid dzouooooo!!!

Aaaah!... Ollomo. Toi tu ne sais pas qu'il faut laisser les morts mourir de leur belle mort? Quel maléfice a bien pu les réduire au singleton comme ça? On dirait une espèce de dinosaure!

héé!! EESSSONE, les choses du cœur d'OBANGOM. je ne peux pas accepter de voir quelqu'un mourir injustement sous mes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adzidzon
Admin


Nombre de messages : 2848
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Langues en danger   Jeu 14 Mai - 22:26

miéhdzâ a écrit:
(...) En plus, Essonne a bien raison! Les beyem, c'est comme les moustiques: vaut mieux vivre dans leur zone infestée, s'y frotter quotidiennement, et être ainsi immunisé...(...)
En tout cas, un sorcier, que tu sois à côté de lui ou loin très loin, quand il veut te mettre la main dessus - et qu'il a le pouvoir de le faire - il le fait. La distance spatiale n'est pas une frontière. Tout comme tu peux être à côté de lui et ne pas te faire mettre la main dessus.
Nyamoro OLLOM'ELLA NGUEMA a écrit:
(...) ce vers quoi nous sommes en train de tendre c'est de nous faire enseigner nos propres langues par les mintangan. C'est d'ailleurs ce qui se passe en ce moment. J'ai une amie myènè, qui prend des cours de Myènè à l'inalco (PARIS) auprès d'un Anglais! (...)
Akié Ollomo, w'ayem köbe! C'est malheureux pour ton amie myénè. Mais si nous ne faisons pas attention, nous finirons tous comme ça. Il faut travailler pour que les langues soient maintenues et pour cela, il n'y a pas de miracle, il faut les transmettre aux enfants, les faire parler aux enfants... C'est comme ça qu'on sauve une langue, c'est comme ça qu'elle se maintient, c'est comme ça qu'elle se transmet. Ah Nsut Mot? No No No
Nyamoro OLLOM'ELLA NGUEMA a écrit:
(...) je dis demain, nos langues vaudront de l'or parce qu'elles sont le véhicule de nos cultures (...)
En'été! Mais si nos langues disparaissent, ce sont nos cultures elles-mêmes qui seront menacées dans ce qu'elles ont de plus fondamental car c'est la langue qui perpétue la culture. Ou encore, une culture se transmet par la langue. On ne pourra transmettre la culture fang et toutes les autres cultures africaines en français. Ce serait autre chose que nos cultures. C'est pour cela que je suis personnellement contre le fait de dire Mvett en français. Le Mvett se dit en fang et non en français et tout locuteur francophone qui veut le pénétrer n'a qu'à se mettre au fang, et non le contraire. C'est aussi simple que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miéhdzâ
Admin


Masculin Nombre de messages : 1516
Localisation : Libreville
Date d'inscription : 17/10/2006

MessageSujet: Re: Langues en danger   Ven 15 Mai - 22:56

adzidzon a écrit:
... C'est pour cela que je suis personnellement contre le fait de dire Mvett en français. Le Mvett se dit en fang et non en français et tout locuteur francophone qui veut le pénétrer n'a qu'à se mettre au fang, et non le contraire. C'est aussi simple que ça.
Tout à fait d'accord avec toi. Le Mvet doit se conter en fang. Quitte après à traduire ou expliquer...
Sauf s'il est pris pour un simple récit d'épopée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adzidzon
Admin


Nombre de messages : 2848
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Langues en danger   Sam 16 Mai - 1:14

miéhdzâ a écrit:
Tout à fait d'accord avec toi. Le Mvet doit se conter en fang. Quitte après à traduire ou expliquer...
Sauf s'il est pris pour un simple récit d'épopée.
Akiba C'est la même chose pour l'élone et les autres formes artistiques de chez nous qui se content ou se disent ... Sauf comme tu dis :
a écrit:
s'il est pris pour un simple récit d'épopée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyamoro OLLOM'ELLA NGUEMA



Masculin Nombre de messages : 677
Age : 86
Localisation : Paris / Thoo-Effack /
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: Langues en danger   Mer 20 Mai - 21:13

le mvett ne revêt en effet totalement son statut ésoterico-semiotique que lorsque cinq éléments sont réunis: le conteur initié, l'épopée, l'instrument, le ,corps de garde et l'auditoire. Le mvett que nous comptons sur le papier perd donc 3/5ème de son substrat sémantique et sémiotique. Lorsque l'un des éléments mentionné plus haut est absent, il ne s'agit plus de mvett mais rien qu'une façade. Pour moi le vrais mvett c'est celui que nous disait OYONO ADA lui même au corps de garde, même si il faut louer l'effort que nous fisons de rendre cet art complet et complexe accessible au plus grand nombre. nos livres doivent être perçu non pas comme une finalité mais comme un premier pas vers le mvett, le seul et unique vrais Mvett, celui qui est joué au corps de Garde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NYO



Nombre de messages : 111
Date d'inscription : 26/02/2009

MessageSujet: Re: Langues en danger   Mer 20 Mai - 23:03

Nyamoro OLLOM'ELLA NGUEMA a écrit:
le mvett ne revêt en effet totalement son statut ésoterico-semiotique que lorsque cinq éléments sont réunis: le conteur initié, l'épopée, l'instrument, le ,corps de garde et l'auditoire. Le mvett que nous comptons sur le papier perd donc 3/5ème de son substrat sémantique et sémiotique. Lorsque l'un des éléments mentionné plus haut est absent, il ne s'agit plus de mvett mais rien qu'une façade. Pour moi le vrais mvett c'est celui que nous disait OYONO ADA lui même au corps de garde, même si il faut louer l'effort que nous fisons de rendre cet art complet et complexe accessible au plus grand nombre. nos livres doivent être perçu non pas comme une finalité mais comme un premier pas vers le mvett, le seul et unique vrais Mvett, celui qui est joué au corps de Garde.

Nyamore, Mbolo.

Comme d’habitude ton point de vu est riche d’enseignement et très intéressant, mais quelque chose me chagrine dans cette phrase :

Citation :

le mvett ne revêt en effet totalement son statut ésoterico-semiotique que lorsque cinq éléments sont réunis: le conteur initié, l'épopée, l'instrument, le corps de garde et l'auditoire.

Cela te permet d’invalider le mvet sur papier ou en français … soit.
Mais que dire du mvett dit par un conteur initié mais enregistré sur un support magnétique (cassette, cd, dvd …) puis écouter en différé par un auditoire hors du corps de garde. Ce mvett est-il lui aussi un « semblant-de-mvett »? Si la réponse est oui, j’ai très envie que tu m’ expliques en peu plus ce qu’apporte la présence au corps de garde dans la compréhension du mvett.

Cordialement

[NYO]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyamoro OLLOM'ELLA NGUEMA



Masculin Nombre de messages : 677
Age : 86
Localisation : Paris / Thoo-Effack /
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: Langues en danger   Jeu 21 Mai - 0:27

Citation :
Cela te permet d’invalider le mvet sur papier ou en français … soit.
Mais que dire du mvett dit par un conteur initié mais enregistré sur un support magnétique (cassette, cd, dvd …) puis écouter en différé par un auditoire hors du corps de garde. Ce mvett est-il lui aussi un « semblant-de-mvett »? Si la réponse est oui, j’ai très envie que tu m’ expliques en peu plus ce qu’apporte la présence au corps de garde dans la compréhension du mvett.

Le mvett n'est pas simplement un art oral. ce n'est pas à moi de te dire que la langue parlée ne couvre que 25% de la sémantique énonciative le reste étant transmis par l'activité mimogestuel, le contexte et le cotexte d'où le triptyque verbal/ Non verbal / paraverbal, enfin bref!!!!. Le Mvett ne déroge pas à cette règle.
Pour ce qui est du mvett enregistre, il perd lui aussi un peu de son sémantisme. écouter AKUE OBIANG à la radio ne vaudra jamais écouter VIRIVIT en direct.
Pour ce qui est du corps de garde, laisse moi te dire que c'est lui qui valide la portée ésotérique même du Mvett. Pourquoi ne joue-t-on pas par exemple du mvett dans la cour, le salon ou la cuisine? c'est la question que tu devrait te poser. le corps de garde" est effectivement investi d'une charge sémiotique particulièrement mystique et c'est en partie lui qui fait que le Mvett soit Mvett, que la palabre soit palabre, que le village soit village, l'Homme soit Homme.
le Mvett est transmis ''sans intermédiaire et de manière oral'' (cf TSIRA NDONG Tome2), de même il doit être dit oralement et sans intermédiaire quelqu'il soit. Tous ceux qui on écrit le mvett (ou qui sont en train de l'écrire)vous le confirmeront. On parle d'ailleurs de ''VIOLATION DE LOIS BASIQUES DU MVETT! je te recommande vraiment le livre que je sortirai en décembre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adzidzon
Admin


Nombre de messages : 2848
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Langues en danger   Jeu 21 Mai - 11:07

Nyamoro OLLOM'ELLA NGUEMA a écrit:
Le mvett n'est pas simplement un art oral. ce n'est pas à moi de te dire que la langue parlée ne couvre que 25% de la sémantique énonciative le reste étant transmis par l'activité mimogestuel, le contexte et le cotexte d'où le triptyque verbal/ Non verbal / paraverbal, enfin bref!!!!. Le Mvett ne déroge pas à cette règle.
Pour ce qui est du mvett enregistre, il perd lui aussi un peu de son sémantisme. écouter AKUE OBIANG à la radio ne vaudra jamais écouter VIRIVIT en direct.
Moadzang Ollom'Ella Nguema, je suis totalement d'accord avec toi sur ta démonstration. Même si au lieu d'écrire
a écrit:
écouter AKUE OBIANG à la radio ne vaudra jamais écouter VIRIVIT en direct
, je pense que tu aurais dû écrire
a écrit:
écouter AKUE OBIANG à la radio ne vaudra jamais VIVRE VIRIVIT en direct
. Car lorsqu'on assiste à un nlang mvett, surtout lorsque celui-ci nous passionne, on ne fait pas qu'écouter, on le vit. En effet, écouter un Mvett en Cd, K7, même le regarder à la télé, n'est pas comme si on vivait la chose en live... C'est deux niveaux d'appréciations différentes. On va peut-être entendre le même nlang mvett, mais on ne va pas l'apprécier de la même manière. Lorsqu'on est au milieu de la chose, il y a autre chose, il y'a un petit quelque chose d'autre. Personnellement, il m'est arrivé de faire cette expérience... Je me souviens de moadzang Nguema Mba Evivi (l'Eveillé) - dommage que ce ne soit pas l'Eternel (Mbêbê'ê) Very Happy - me dire qu'écouter le Mvett à la radio était différent de vivre la chose...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NGUEMA MBA EVIVI



Masculin Nombre de messages : 68
Localisation : Grand KOMO (komo mondah, komo kango, komo océan, Noya, Cap
Date d'inscription : 15/05/2009

MessageSujet: Re: Langues en danger   Jeu 21 Mai - 16:39

Malheureusement je ne pose pas la question en ces termes. Je suis comme un producteur de musique. Le Live a sa fonction. Le support audio ou vidéo a sa fonction. Les deux sont utiles.
Malheureusement aussi, lorsque sa langue ne touche pas un public très large, il faut faire comme la bible et non comme le coran: traduire dans toutes les langues par l'écriture et non faire confiance à l'oralité.
Certaines langues comme l'hébreu ont connu une résurrection grâce à l'écriture.
Je préfère voire Owono Mba jouer du Mvet au CCf avec un traducteur à ses côté comme il fait, que voir Akué Obiang être inconnu des noms Fang, alors même que son message est universel et touche tous les hommes.
En plus le Live ne se transmet pas s'il n'est pas mis sur un support. Akué obiang est mort, pourtant sa parole vit grâce aux cassettes et cd, aux Mp3 et autres livres, video.
Lorsque le Mvet se produira au Zénith toute une soirée comme viennent de le faire les griots mandingues, on comprendra qu'il s'agit d'une résistance. Il faut diffuser, répandre et produire aux maxi pour que le Mvet survive à ses conteurs.
Entre le petit Aba'a d'Adzidzon et Ollomo et la salle de spectacle du CCF, l'artiste vivrait mieux de son art au CCF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minsili mi Ngoan Ewondo



Féminin Nombre de messages : 2259
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: Langues en danger   Jeu 21 Mai - 19:23

Akié z'avale bibuk ma lang muna a di !!! What a Face J'ai beau savoir que chaque point de vue a sa logique, je ne peux m'empêcher d'être chagrinée par certaines choses que je lis ici car là, je trouve certains propos un peu "durs" (involontairement je sais) pour ceux qui n'ont pas la chance de vivre ou être en symbiose avec ce Mvett au corps de garde, le seul véritable pour vous. Oui je vous crois quand au caractère incomparable de cette expérience mais est-ce une raison pour jeter ainsi l'anathème sur d'autres formes d'expression au point que si on ne peut avoir accès au Mvett a l'Aba'a, à vous lire on serait éternellement en manque de quelque chose? Et même si c'était le cas, faut-il avoir une telle attitude alors que nous sommes confrontés à une nécessité de faire perenniser notre culture? What a Face

Dans notre société (nos sociétés je dirai car le fangland même s'il est un est aussi plusieurs), la pérennisation de la culture ou la vivacité de sa transmission sont-ils les mêmes en plein cœur de Minvoul, en pays Zaman, au milieu d'un village Eton, un quartier de Yaoundé ou dans une famille fang vivant à New York? Donc tant pis pour celui qui serait né dans un milieu et environnement où malheureusement vivre des conteurs de Mvett et autres est quelque chose qu'il n'a jamais vu? Est-ce qu'on devrait lui dire que son Mvett qu'il écoute sur CD ou qu'il lit c'est du petit Mvett ou du simili Mvett ! Sincèrement je ne pense pas que ce soit la meilleure attitude face à des gens qui cherchent simplement à en savoir plus sur une partie de leur culture, au contraire ça risque plus de les "bloquer" or pour se pérenniser, notre culture a besoin de tous ses enfants motivés, si on a une attitude qui "rabaisse" les modes empruntés par certains s'amala !!! What a Face . Pour moi c'est un peu comme si une mère fang qui va à l'hôpital ici circoncire son garçon, on lui sort qu'un enfant circoncis sans tout ce qui va avec comme au village, c'est certes un enfant circoncis mais bon bof !!! Le mieux c'est un enfant circoncis même à la façon d'ici que pas circoncis du tout? C'est un peu la même chose avec cette histoire de Mvett vrai vrai et Mvett pas vraiment vrai Les gens motivés en général font avec ce qu'ils ont pour (re)vivre leur culture et si y accéder passe par des chemins moins "conventionnels" au regard de nos façons de faire traditionnelles, adzo ane vé?


Asu dama, ma ve mbot ane TSIRA NDONG NDOUTOUMOU abui ngan e olugu. Je ne les remercierai jamais assez car malgré le fait d'être des initiés, ils ont décidé d'apporter un peu de cet univers à ceux, Fang ou pas, qui n'auraient jamais eu accès à ce monde sans ça. Parce que si des gens comme lui s'étaient dit que le vrai MVETT est uniquement celui qui se vit, il ne faudrait donc pas se dire que notre culture se meurt parce qu'elle tend à être connue ou vécue par moins en moins de gens. Pouvons-nous vouloir pérenniser notre culture sans user des moyens d'expressions du monde actuel sachant que de nos jours, une culture qui se transmet et se pérennise, une langue qui vit dans le temps, c'est une langue qui certes se parle, mais plus seulement. Elle doit aussi pouvoir être moyen d'expression écrit aussi bien pour le groupe concerné que pour d'autres groupes qui y trouveraient leur intérêt. Donc a EVIVI eyong wa til e bibuk bi, ma yebe wa biyong ebul

EVIVI a écrit:
Malheureusement je ne pose pas la question en ces termes. Je suis comme un producteur de musique. Le Live a sa fonction. Le support audio ou vidéo a sa fonction. Les deux sont utiles.
Malheureusement aussi, lorsque sa langue ne touche pas un public très large, il faut faire comme la bible et non comme le coran: traduire dans toutes les langues par l'écriture et non faire confiance à l'oralité.

Et quand tu continues avec l'exemple du Mvett joué avec un traducteur j'applaudis seulement en ajoutant que le problème aujourd'hui c'est que même des Fang ne "connaissent" pas vraiment le Mvett soit parce qu'ils ont perdu la maitrise de la langue, soit parce que quelque chose est coupée au niveau de la transmission de la culture. Un Mbom Mvett qui viendrait subjuguer des jeunes de Yaoundé par exemple quitte à lui adjoindre un traducteur, j'applaudis, que cela réduise la portée "mystique" ou pas de l'affaire car derrière, j'y vois l'enthousiasme qu'auront ces jeunes à en savoir plus sur le Mvett mais pas seulement. Juste par cet événment, je parie que certains retrouveront fierté, bref feront une salutaire démarche vers leur culture. cela aurait-il été possible si parce que ce Mbom Mvett ayant un traducteur voir s'il s'agit d'un écrivain, en amont on juge sa démarche "bof" ! What a Face Derrière cette anecdote, moi je vois plutôt un de nos défis aujourd'hui : faire vivre notre culture au plus grand nombre d'entre-nous (et à l'extérieur) en innovant, en y intégrant dans notre intérêt des moyens d'actions existants.

EVIVI a écrit:
Je préfère voire Owono Mba jouer du Mvet au CCf avec un traducteur à ses côté comme il fait, que voir Akué Obiang être inconnu des noms Fang, alors même que son message est universel et touche tous les hommes.
En plus le Live ne se transmet pas s'il n'est pas mis sur un support. Akué obiang est mort, pourtant sa parole vit grâce aux cassettes et cd, aux Mp3 et autres livres, video.
Lorsque le Mvet se produira au Zénith toute une soirée comme viennent de le faire les griots mandingues, on comprendra qu'il s'agit d'une résistance.
Il faut diffuser, répandre et produire aux maxi pour que le Mvet survive à ses conteurs.
Entre le petit Aba'a d'Adzidzon et Ollomo et la salle de spectacle du CCF, l'artiste vivrait mieux de son art au CCF.

_________________
Z'adzo ne nsut ngoan mininga one moan satan?Ye ma bisi bisi !!!MENE MOAN ZAMBA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evindi Mot



Masculin Nombre de messages : 1682
Localisation : Atchi Ngos
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Langues en danger   Jeu 21 Mai - 20:43

a Minsiles, ma nye'e police nyi wa tili a nye


farao
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://belinga.blog4ever.com
Nyamoro OLLOM'ELLA NGUEMA



Masculin Nombre de messages : 677
Age : 86
Localisation : Paris / Thoo-Effack /
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: Langues en danger   Jeu 21 Mai - 21:22

moi je ne condamne pas le mvett écrit (je suis moi même en train de le pratiquer) et encore moins celui sur CD/DVD. Ce que je dis c'est qu'il doit constituer un premier palier dans la connaissance du mvett. Il est d'ailleurs mieux pour un non initié de lire avant d'aller au corps de garde. N'oublions pas que ceux qui vont au corps de garde connaissent déjà le mvett ils vont approfondir leur connaissance. J'ai l'habitude de dire que l'auditoire connait le message contenu dans le Mvett mais attend que le conteur le lui livre. c'est l'auditoire qui valide et choisit l'épopée, c'est lui aussi qui reconnait l'authenticité d'un conteur.
j'étais petit, et je suis allé écouter un conteur. On l'a traité de ''faux conteur, d'inposteur parcequ'il avait affirmé qu'AKOMA était mort. On a déserté le corps de garde et il est resté tout seul et obligé d'arrêter sa séance.
MINSILI ne sois pas frustré, c'est bien de lire ASSOUMOU pour comprendre la structure sociale, Puis NDONG pour avoir un premeir aperçu d'épopée. Il faut ensuite écouter les chants de MVOMO pour comprendre la partie chantée du mvett puis VIRIVIT pour avoir l'intro décrite par NDONG, les chants et l'épopée, avant d'aller écouter BIBANG ou NDONG François au corps de garde. ET là tu découvriras le MVett dans sa gobalité, le mvett crais.
la traduction en live dont parle NGUEMA, je dis c'est trop formalisé. je me demande comment cela se passait. On interrompait le conteur pour traduire ou on traduisait à la fin. Si on l'interrompait c'est un véritable sacrilège le mvett se joue à l'instinct et VIRIVIT était furieux lorsqu'on l'interrompait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evindi Mot



Masculin Nombre de messages : 1682
Localisation : Atchi Ngos
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Langues en danger   Jeu 21 Mai - 21:59

Nyamoro OLLOM'ELLA NGUEMA a écrit:
moi je ne condamne pas le mvett écrit (je suis moi même en train de le pratiquer) et encore moins celui sur CD/DVD. Ce que je dis c'est qu'il doit constituer un premier palier dans la connaissance du mvett. Il est d'ailleurs mieux pour un non initié de lire avant d'aller au corps de garde. N'oublions pas que ceux qui vont au corps de garde connaissent déjà le mvett ils vont approfondir leur connaissance. J'ai l'habitude de dire que l'auditoire connait le message contenu dans le Mvett mais attend que le conteur le lui livre. c'est l'auditoire qui valide et choisit l'épopée, c'est lui aussi qui reconnait l'authenticité d'un conteur.
j'étais petit, et je suis allé écouter un conteur. On l'a traité de ''faux conteur, d'inposteur parcequ'il avait affirmé qu'AKOMA était mort. On a déserté le corps de garde et il est resté tout seul et obligé d'arrêter sa séance.
MINSILI ne sois pas frustré, c'est bien de lire ASSOUMOU pour comprendre la structure sociale, Puis NDONG pour avoir un premeir aperçu d'épopée. Il faut ensuite écouter les chants de MVOMO pour comprendre la partie chantée du mvett puis VIRIVIT pour avoir l'intro décrite par NDONG, les chants et l'épopée, avant d'aller écouter BIBANG ou NDONG François au corps de garde. ET là tu découvriras le MVett dans sa gobalité, le mvett crais.
la traduction en live dont parle NGUEMA, je dis c'est trop formalisé. je me demande comment cela se passait. On interrompait le conteur pour traduire ou on traduisait à la fin. Si on l'interrompait c'est un véritable sacrilège le mvett se joue à l'instinct et VIRIVIT était furieux lorsqu'on l'interrompait.

modjang o yeme ya kobo. très bien dit


farao
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://belinga.blog4ever.com
NGUEMA MBA EVIVI



Masculin Nombre de messages : 68
Localisation : Grand KOMO (komo mondah, komo kango, komo océan, Noya, Cap
Date d'inscription : 15/05/2009

MessageSujet: Re: Langues en danger   Jeu 21 Mai - 22:52

Nyamoro OLLOM'ELLA NGUEMA a écrit:
moi je ne condamne pas le mvett écrit (je suis moi même en train de le pratiquer) et encore moins celui sur CD/DVD. Ce que je dis c'est qu'il doit constituer un premier palier dans la connaissance du mvett. Il est d'ailleurs mieux pour un non initié de lire avant d'aller au corps de garde. N'oublions pas que ceux qui vont au corps de garde connaissent déjà le mvett ils vont approfondir leur connaissance. J'ai l'habitude de dire que l'auditoire connait le message contenu dans le Mvett mais attend que le conteur le lui livre. c'est l'auditoire qui valide et choisit l'épopée, c'est lui aussi qui reconnait l'authenticité d'un conteur.
j'étais petit, et je suis allé écouter un conteur. On l'a traité de ''faux conteur, d'inposteur parcequ'il avait affirmé qu'AKOMA était mort. On a déserté le corps de garde et il est resté tout seul et obligé d'arrêter sa séance.
MINSILI ne sois pas frustré, c'est bien de lire ASSOUMOU pour comprendre la structure sociale, Puis NDONG pour avoir un premeir aperçu d'épopée. Il faut ensuite écouter les chants de MVOMO pour comprendre la partie chantée du mvett puis VIRIVIT pour avoir l'intro décrite par NDONG, les chants et l'épopée, avant d'aller écouter BIBANG ou NDONG François au corps de garde. ET là tu découvriras le MVett dans sa gobalité, le mvett crais.
la traduction en live dont parle NGUEMA, je dis c'est trop formalisé. je me demande comment cela se passait. On interrompait le conteur pour traduire ou on traduisait à la fin. Si on l'interrompait c'est un véritable sacrilège le mvett se joue à l'instinct et VIRIVIT était furieux lorsqu'on l'interrompait.
Le live a ses avantages.
Il ya autant de Mvet que de Mbom-Mvet. Il y a autant de Mvet que de période. Il y a autant de Mvet que de régions linguistiques (il me semble mais je peux me tromper)

La traduction se faisait de façon instantanée. Ils ont parfaitement travaillé (Owono Mba et son disciple). Je suis en train de transformer la bande video en DVD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NYO



Nombre de messages : 111
Date d'inscription : 26/02/2009

MessageSujet: Re: Langues en danger   Ven 22 Mai - 18:42

Nyamoro OLLOM'ELLA NGUEMA a écrit:
Citation :
Cela te permet d’invalider le mvet sur papier ou en français … soit.
Mais que dire du mvett dit par un conteur initié mais enregistré sur un support magnétique (cassette, cd, dvd …) puis écouter en différé par un auditoire hors du corps de garde. Ce mvett est-il lui aussi un « semblant-de-mvett »? Si la réponse est oui, j’ai très envie que tu m’ expliques en peu plus ce qu’apporte la présence au corps de garde dans la compréhension du mvett.

Le mvett n'est pas simplement un art oral. ce n'est pas à moi de te dire que la langue parlée ne couvre que 25% de la sémantique énonciative le reste étant transmis par l'activité mimogestuel, le contexte et le cotexte d'où le triptyque verbal/ Non verbal / paraverbal, enfin bref!!!!. Le Mvett ne déroge pas à cette règle.
Pour ce qui est du mvett enregistre, il perd lui aussi un peu de son sémantisme. écouter AKUE OBIANG à la radio ne vaudra jamais écouter VIRIVIT en direct.
Pour ce qui est du corps de garde, laisse moi te dire que c'est lui qui valide la portée ésotérique même du Mvett. Pourquoi ne joue-t-on pas par exemple du mvett dans la cour, le salon ou la cuisine? c'est la question que tu devrait te poser. le corps de garde" est effectivement investi d'une charge sémiotique particulièrement mystique et c'est en partie lui qui fait que le Mvett soit Mvett, que la palabre soit palabre, que le village soit village, l'Homme soit Homme.
le Mvett est transmis ''sans intermédiaire et de manière oral'' (cf TSIRA NDONG Tome2), de même il doit être dit oralement et sans intermédiaire quelqu'il soit. Tous ceux qui on écrit le mvett (ou qui sont en train de l'écrire)vous le confirmeront. On parle d'ailleurs de ''VIOLATION DE LOIS BASIQUES DU MVETT! je te recommande vraiment le livre que je sortirai en décembre.

Nyamore, mbolo.
J'apprécie beaucoup que tu aies pris un peu de ton temps pour m'apporter ces informations. Je prends le temps de les croisées et de bien comprendre pour ne pas avoir à te solliciter inutilement.

S'agissant de ton livre à paraître, il entrera naturellement dans mes priorités de lecture dès sa parution.

Cordialement
[NYO]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Langues en danger   Aujourd'hui à 5:26

Revenir en haut Aller en bas
 
Langues en danger
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Nos médicaments : DANGER !
» tilleul argenté vs butineuses en danger
» COBRA splendide malamute en danger cherche famille ARIEGE 09
» Chatte et ses chatons en danger (37 Tours)
» laperaux en danger de mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Be-fang@beti.com :: Langue Fang-
Sauter vers: