Forum Be-fang@beti.com

Mbemba soan Aba !!!!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  RETOUR SUR LE SITERETOUR SUR LE SITE  

Partagez | 
 

 Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Ndzié'nnam'abé



Masculin Nombre de messages : 387
Age : 35
Localisation : bruxelles
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Lun 20 Avr - 23:24

Je pense, également , pour ma part qu'à l'heure actuelle, le plus important n'est , peut-être, pas pour moi, de savoir si, ici, aussi, il ya autant de séropositifs que chez nous.La question qui se pose à moi, c'est:"Que faire pour changer la donne chez nous afin que la pandémie du Sida ne soit plus qu'un lointain souvenir? ".
Agir différemment,pour moi, ce serait comme si pendant que brûle ma maison ; au lieu de chercher à éteindre l'incendie, je passais plus mon temps à vouloir savoir si l'incendie est criminelle ou accidentelle.Ce que je fais, c'est d'abord , éteindre l'incendie et après je me fais un devoir, de savoir quelles en sont la causes.
Pour le SIDA, cela ne me sert pas à grand'chose, maintenant de faire des comparaisons avec ce qu'il y a ici.cela ne m'avance guère à me dire qu'ici, aussi, ils en sont malades.je ne crois pas comme le disait , HIJITaAque ce soit pour nous comme pour eux, louable.
Essayons vraiment d'insister plus sur la sensibilisation, sur la prévention, rabâchons tous les jours les mêmes propos à ceux-là qui ne veulent point faire attention ,qui ne veulent pas se protéger ,adopter des attitudes plus responsables dans leurs vies sexuelles.Car, une fois, qu'on l'a que ce soit tel ou tel qui soit responsable de sa création, on est condamné et ce surtout dans nos pays.

Les discussions, sur son origine, seront plus intéressantes quand on aura rabaissé la nocivité de cette maladie à un seuil des plus tolérables.
Abim dam dzili Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
emone mema



Masculin Nombre de messages : 604
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 19/11/2007

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Mar 21 Avr - 0:14

Personnellement, je partage le discours de la soeur hijita, si nos journaux ou ceux d'ici (Europe) font le écho de la prévalence du SIDA en Europe, Amérique et Asie, je ne vois pas ce que cela va changer pour nos malades du SIDA, nos familles endeuillées, nos orphelins du SIDA??, rien à mon avis.

Comme pour le message du pape, qui veut prôner l'abstinence et la chasteté au lieu du préservatif. Nous sommes tous d'accord qu'il faut d'abord sauver des vie avant de tenir de tel discours. Concentrer les efforts sur la prévention, éduquer les populations.

Cela n'empêche pas non plus qu'on s'interroge sur le but visé par l'occident en montrant tjrs le côté négatif de l'Afrique. Jusqu'à créer des histoires de toute pièce comme celle de l'africain qui aurait sodomisé un singe pour. Tu peux donc comprendre ma soeur hijita qu'un africain "sorti de la caverne" se méfie de tout ce qui vient de l'occident soi disant pour aider l'Afrique.
Mais je continu de dire qu'on doit d'abord concentrer nos efforts pour sauver des vies de nos frères et soeurs, et les informations sur la prévalence du sida ailleurs qu'en Afrique ne nous aide en rien dans cette objectif.
Abim te!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adzidzon
Admin


Nombre de messages : 2848
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Mar 21 Avr - 0:47

Ndzié'nnam'abé a écrit:
Les discussions, sur son origine, seront plus intéressantes quand on aura rabaissé la nocivité de cette maladie à un seuil des plus tolérables
A moadzang akiba : à chaque chose sont temps dis-je parfois.
Mais en même temps, je comprends moadzang Evindi Mot lorsqu'il parle des médias. Il est regretable que les médias occidentaux de manière générale fassent de l'afrique la terre de prédilection du sida, comme si cette réalité n'existait pas chez eux. De même il est regretable qu'ils fassent de l'afrique la terre de la misère alors qu'il n'est point besoin d'aller en afrique pour voir la misère. Elle est là dans les rues de Paris, dans le métro new-yorkais... Mais c'est comme si ce n'était pas une misère, comme si la vraie se trouvait en afrique. C'est cette utilisation orientée de l'information que dénonce moadzang Evindi, et sur ce point, on ne peut manquer de reconnaitre qu'il a raison. C'est cette impartialité qu'il dénonce. Mais sur le sida proprement dit, je suis avec moadzang Ndzié lorsqu'il écrit :
Ndzié'nnam'abé a écrit:
Pour le SIDA, cela ne me sert pas à grand'chose, maintenant de faire des comparaisons avec ce qu'il y a ici.cela ne m'avance guère à me dire qu'ici, aussi, ils en sont malades.je ne crois pas comme le disait , HIJITaAque ce soit pour nous comme pour eux, louable.
Essayons vraiment d'insister plus sur la sensibilisation, sur la prévention, rabâchons tous les jours les mêmes propos à ceux-là qui ne veulent point faire attention ,qui ne veulent pas se protéger ,adopter des attitudes plus responsables dans leurs vies sexuelles.Car, une fois, qu'on l'a que ce soit tel ou tel qui soit responsable de sa création, on est condamné et ce surtout dans nos pays.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Essonne de Mvome-Zoq



Masculin Nombre de messages : 1087
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Mar 21 Avr - 1:27

Minsili mi Ngoan Ewondo a écrit:
adzidzon a écrit:
adzidzon a écrit:
Minsili mi Ngoan Ewondo a écrit:
Paroles sensées
Aurais-tu pu dire le contraire ? Bebela Zamba !
Peut-être parce qu'il est difficile de dire le contraire... Very Happy N'est-ce pas Minsili? Very Happy

Kobegh'asu doé ! Parle pour toi passeur des mondes va !!!

Bon. Situez nous, vous échangez à mots couverts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Essonne de Mvome-Zoq



Masculin Nombre de messages : 1087
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Mar 21 Avr - 2:03

hijita a écrit:


"Seuls les chiffres de l'Afrique son mis en avant" - encore une fois: ca change quoi alors...? si vous voulez, je peux crier dans le monde entier que dans mon pays aussi il y a de plus en plus de seropositifs. mais est-ce que mon cri va guerir des malades en afrique, en france ou chez moi...?

akiba

CE QUE ÇA CHANGE, ou plutôt, ce que ça changerait: c'est justement une plus grande efficacité de la sensibilisation!... En cautionnant cette logique militante, vous ne voyez donc pas le danger? On peut être amené à croire qu'en Occident on court moins de risques, alors que ce n'est pas vrai. On peut être amené à penser que si on n'est pas homo, on est hors de danger, alors que ce n'est vrai. On peut se dire que si on ne vit pas en Afrique, ou pire encore, si on ne fréquente pas les Africains, on est hors de danger, alors que ce n'est pas vrai!...

CE QUE CA CHANGE, ou plutôt ce que ça changerait: c'est que les Africains qui vivent en occident sont bercés de l'illusion que ce n'est pas auprès de partenaires occidentaux qu'ils encourent un risque majeur d'attraper le sida. Alors certains y vont à bite que veux-tu, puisqu'ils peuvent même jouir sur place d'un certain... succès. C'est de cette manière que plusieurs d'entre eux, après avoir échappé au virus en Afrique parce qu'ils se sont effectivement protégés, l'attrapent ailleurs parce qu'ils ont relâché leur garde. Dans leur tête, les dangers du sida sont en AFRIQUE et non en France, en Belgique, en Angleterre... Alors, de retour en Afrique, ils redistribuent.

Je voudrais toutefois préciser que le problème du sida, hormis les cas vraiment accidentels, engagent les personnes qui ne se protègent pas. Qu'on dise le sida ravageant la seule Afrique ou qu'on ne sensibilise pas forcément sur sa forte prévalence ailleurs, ceux qui se risquent aujourd'hui dans des rapports non protégés font le choix de la mort.

Je loue souvent l'attitude de responsabilité d'une jeune femme dont j'ai fait la connaissance en 2004. Pendant trois mois, alors même que nous voyagions beaucoup ensemble et passions ainsi des nuits entières dans un même lit, elle n'a pas voulu avoir de rapports sexuels même protégés avec moi, avant d'avoir passé le test. Elle donnait pour cela une explication simple à laquelle j'ai aussitôt adhéré: "Imagine qu'on s'attache et que par la suite on découvre que l'un de nous est positif. Comment renoncer à poursuivre la relation sans donner l'impression de trahir son amour?"

Pour moi, les choses étaient claires: elle m'aimait, mais pas au point de sacrifier ma vie ou la sienne pour quelques minutes de plaisir. Elle tenait à moi, mais pas point de me condamner ou de se condamner à vivre à côté d'un malade au cas où cela s'avérait d'un côté ou d'un autre. C'est une attitude pour laquelle mon respect pour elle n'aura pas fin.

À l'époque, moi je n'y aurais jamais pensé. L'usage du préservatif m'aurait suffit. Imaginez donc la leçon de vie que son attitude a constituée pour moi. Mais si certains peuvent aller jusque là, pourquoi d'autres ne le feraient pas si ce n'est qu'ils ont choisi de brûler leur mèche par les deux bouts?

Les dangers du sida sont bien là et tout le monde, hors mis quelques populations enclavées ou coupées du monde qu'il faut effectivement sensibiliser avec beaucoup plus d'ardeur encore qu'aujourd'hui, sait que le sida tue. S'il persiste des gens qui ne prennent pas la chose au sérieux, c'est qu'ils font exprès.

Je suis de ceux qui pensent qu'on ne peut protéger les gens de la mort contre leur gré. Le seul véritable problème, c'est que les suicidaires du sida font courir des risques à d'autres qui n'ont pas fait les mêmes choix. Et c'est cette dernière réalité qui devrait amener les uns et les autres à mieux gérer les informations qu'ils donnent sur le sida et à arrêter de mener ce combat sur des champs de batailles qui n'ont d'existence que leur stupidité!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adzidzon
Admin


Nombre de messages : 2848
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Mar 21 Avr - 11:12

Essonne de Mvome-Zoq a écrit:
On peut se dire que si on ne vit pas en Afrique, ou pire encore, si on ne fréquente pas les Africains, on est hors de danger, alors que ce n'est pas vrai!...
Hum! Cela me rappelle une petite histoire... J'avais une potesse européenne dont le petit copain était asiatique, un Coréen (peut-être un cousin à Jay). La potesse européenne avait aussi un autre pote européen, homosexuel devant l'éternel... Un jour, la potesse européenne vient me dire que son pote européen avait critiqué sa relation amoureuse avec le Coréen. D'après elle, il lui aurait dit : "Si ça se trouve! Tu ne sais même pas quelles maladies il a pu te transmettre"!! affraid affraid On était complètement retourné! Quelle mentalité!!! C'est l'image de la belle occidentale souillée par l'étranger... Et ça, ce genre de mentalités qui n'est pas un cas particulier, on ne peut le nier, est encouragé par les médias. Il faut le dire, et le dénoncer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ndzié'nnam'abé



Masculin Nombre de messages : 387
Age : 35
Localisation : bruxelles
Date d'inscription : 06/10/2008

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Mar 21 Avr - 15:09

C'est vrai que tout cela fait partir de l'imagerie qu'on a des Africains , en particulier, ici et des étrangers , en général.
C'est la bonne vieille histoire qui veut que le mal nous vienne toujours de l'autre et jamais de nous-même.Il faut toujours qu'on trouve,le plus souvent, en l'Africain,le responsable de la plupart des maux.
Parce qu'en Afrique, nous sommes , comme ils disent, tous pauvres, tous polygames pour les hommes et généralement la plupart, infectés par le SIDA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evindi Mot



Masculin Nombre de messages : 1682
Localisation : Atchi Ngos
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Mar 21 Avr - 16:57

Essonne de Mvome-Zoq a écrit:

Les japonais étaient les premiers à démontrer que le VHI était un virus de culture, c'est à dire qu'il a été fabriqué en laboratoire. Les Japonais précisaient qu'un programme militaire d'armement biologique américain en était la cause. Pourtant, personne n'a voulu suivre cette voie. La plupart on mis l'accent sur "les ravages du sida en Afrique".

il y a aussi eu le livre "The River" d'un chercheur américain qui démontrait que l'apparition du virus à ce qui était l'ancien Zaïre était liée à des expériences scientifiques (notamment certaines campagnes dites de vaccination qui utilisaient des singes comme cobayes) menées par des américains. pour lui aussi, c'est clair que le VIH sort des laboratoires US. le monde entier qui sait très bien fait quoi ? il préfère feindre la surdité et la cessité, parce qu'un tel crime contre l'humanité entraîne des réparations.

je me souviens d'une espèce de bougre de chef d'Etat africain (je ne sais plus lequel exactement) qui avait brandit aux Européens la pseudo menace : "pour le SIDA nous savons, mais nous ne disons rien". écoutez-moi des trucs comme-ça ? vous savez mais vous vous taisez pendant que des millions meurent chez nous ? je ne sais + si c'était le président du Congo Brazza... un numéro de JA avait répercuté son soi-disant "coup de gueule".

les Africains sont devenus trop lâches. lorsque survient un problème, on en recherche les causes afin de trouver des solutions. pour le SIDA, la lâcheté raciale fait qu'ici sur le forum ou dans les couloirs des présidences africaines, l'idée même de demander des comptes au "maître" est un sacrilège un tabou, un étchi/éki.

aux Etats-Unis, nos frères ont accusé l'Etat du Maryland d'avoir mené ces expériences et de les avoir appliquées sur les populations Africaines d'Amérique, les Noirs. on entend ça et on fait comme si de rien n'était. ce même pays dit civilisé avait criminellement "syphilisé" la même communauté Africaine Américaine dans les années 70. sans oublier les armes bactériologiques utilisées contre nous durant l'Apartheid en Afrique du Sud.

ainsi, pendant que des programmes d'éradication raciale sont appliqués contre les bensut be bot, en retour nous exhibons des sourires reconnaissants, nous nous inclinons devant l'idôle "universalisme", nous louons la déesse "mondialisation" sans en comprendre les tenants idéologiques. cette attitude je regrette ne peut pas être à 100% imputable à l'ignorance puisque ceux même qui ont l'information réagissent par la courbette.

bi se bo befam, ve beka-befefam, des mauviettes !



farao
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://belinga.blog4ever.com
Essonne de Mvome-Zoq



Masculin Nombre de messages : 1087
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Mar 21 Avr - 19:57

Ye bot baa kobe fe? A nto ya mi mana dzip menyu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
emone mema



Masculin Nombre de messages : 604
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 19/11/2007

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Mer 22 Avr - 1:54

Essonne de Mvome-Zoq a écrit:
Ye bot baa kobe fe? A nto ya mi mana dzip menyu?
Je ne vois tjrs pas ce que nous apportera la dénonciation de la prévalence du sida ailleurs qu'en Afrique à nos population durement touchées par cette maladie. Que nos média fassent écho de la présence du sida en Europe, est-ce cela demander réparation à l'occident ? J'ai dans mon disque dur externe le documentaire qui retrace la création du sida dans un laboratoire au Zaïre.
Si moadzang Evindi mot avait dit qu'il fallait que l'Afrique demande réparation à l'occident pour ses fils mort du sida, je n'aurais pas tenu le même discours. Mais demander qu'on rapporte la prévalence du sida ailleurs qu'en Afrique ne signifie pas dénoncer la responsabilité de l'occident sur cette maladie et encore moins demander réparation.
Abora!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Essonne de Mvome-Zoq



Masculin Nombre de messages : 1087
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Mer 22 Avr - 3:12

emone mema a écrit:
Essonne de Mvome-Zoq a écrit:
Ye bot baa kobe fe? A nto ya mi mana dzip menyu?
Je ne vois tjrs pas ce que nous apportera la dénonciation de la prévalence du sida ailleurs qu'en Afrique à nos population durement touchées par cette maladie. Que nos média fassent écho de la présence du sida en Europe, est-ce cela demander réparation à l'occident ? J'ai dans mon disque dur externe le documentaire qui retrace la création du sida dans un laboratoire au Zaïre.
Si moadzang Evindi mot avait dit qu'il fallait que l'Afrique demande réparation à l'occident pour ses fils mort du sida, je n'aurais pas tenu le même discours. Mais demander qu'on rapporte la prévalence du sida ailleurs qu'en Afrique ne signifie pas dénoncer la responsabilité de l'occident sur cette maladie et encore moins demander réparation.
Abora!

Moadzang, je crois que tu comprends mal la démarche de Evindi à laquelle j'adhère pleinement. Si je ne m'abuse, il ne s'agit ni de rapporter la prévalence du sida ailleurs qu'en Afrique, encore moins de demander réparation. Si cela devait se faire, je veux parler de réparation, ce ne serait pas seulement pour les ravages du sida, tu conviens avec moi.

Ce dont il est question ici, c'est de donner la bonne information aux gens. En présentant le sida comme un mal qui ravage la seule Afrique, le danger est qu'ailleurs, on aurait moins conscience des dangers du sida qui sont les mêmes partout. Or, ces mêmes Africains qui se retrouvent dans d'autres cieux sont en très grand nombre et, la plupart du temps très mobiles entre l'Afrique et les autres lieux. Pour ceux d'entre eux qui sont trompés par les campagnes médiatiques, il est possible qu'une fois en occident, ils baissent leur garde face aux dangers du sida, contractent la maladie et, en revenant en Afrique, la redistribuent.

Ce dont il est question ici, c'est que tous les fléaux qui frappent la terre sont, d'une manière systématique, attribués à l'Afrique. Et même lorsque ces malheurs sont l'œuvre de certains occidentaux, ce qui est généralement le cas, il existe comme un complot anti-africains qui fait de nous les mal venus sur terre. Quand on ne nous esclavagise pas, on nous vilipende, on nous inocule des virus, nous stérilise, bref... À un certain moment, il va falloir que l'occident arrête de vouloir nous effacer de la surface de la terre, parce qu'ils n'y arriveront pas. Depuis le temps qu'ils essayent, efface toute trace de nous dans l'histoire, détournent toute origine des civilisations à leur faveur... Nous sommes toujours là. Il serait peut être aussi temps que des voix commencent à s'élever de notre côté, pour dire Y'EN A MARRE!

Ce dont il est question ici, c'est que pendant que nous soignons nos malades du sida, on n'oublie pas de dire que cette maladie n'est pas le fait d'un Africain qui a eu l'idée vache "d'enculer un singe"; mais celui de ce que le genre humain a pu produire de plus odieux et qui, sous de faux prétextes de science et de soif d'hégémonie, s'évertue à traiter les Africains comme la lie de l'humanité.

Le dire ce n'est pas haïr les auteurs, mais tout simplement les placer face à leurs nombreuses et incessantes forfaitures. Peut être qu'un jour l'humain qui dort en eux, bien enfoui au fond de leur être par leur bestialité insidieuse, se réveillera et comprendra que cette terre est aussi la nôtre; et que nous comptons bien y vivre en paix et en bonne intelligence avec eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adzidzon
Admin


Nombre de messages : 2848
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Mer 22 Avr - 15:21

Essonne de Mvome-Zoq a écrit:
Minsili mi Ngoan Ewondo a écrit:
adzidzon a écrit:
adzidzon a écrit:
Minsili mi Ngoan Ewondo a écrit:
Paroles sensées
Aurais-tu pu dire le contraire ? Bebela Zamba !
Peut-être parce qu'il est difficile de dire le contraire... Very Happy N'est-ce pas Minsili? Very Happy

Kobegh'asu doé ! Parle pour toi passeur des mondes va !!!

Bon. Situez nous, vous échangez à mots couverts.
Ka'a dzom! Very Happy On parle clairement devant tout le monde... Mais, il faut quand même savoir déchiffrer... Chose que vous savez tous faire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adzidzon
Admin


Nombre de messages : 2848
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Mer 22 Avr - 15:23

Essonne de Mvome-Zoq a écrit:
Ce dont il est question ici, c'est de donner la bonne information aux gens. En présentant le sida comme un mal qui ravage la seule Afrique, le danger est qu'ailleurs, on aurait moins conscience des dangers du sida qui sont les mêmes partout. Or, ces mêmes Africains qui se retrouvent dans d'autres cieux sont en très grand nombre et, la plupart du temps très mobiles entre l'Afrique et les autres lieux. Pour ceux d'entre eux qui sont trompés par les campagnes médiatiques, il est possible qu'une fois en occident, ils baissent leur garde face aux dangers du sida, contractent la maladie et, en revenant en Afrique, la redistribuent.
Effectivement... Cela est faisable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evindi Mot



Masculin Nombre de messages : 1682
Localisation : Atchi Ngos
Date d'inscription : 14/08/2007

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Mer 22 Avr - 20:07

modjang Essonne ma ve wo akiba abui. tu as vraiment résumé le fond de ma pensée. emone mema, é ne fo'o avale modjang ya Mvome-Zoq a ke kobo, o wo'o ya ? owé.

1/ il existe effectivement une propagande visant à diaboliser tous azimuts l'Africain. nous devons en prendre conscience et nous défendre en conséquence (médias africains) afin de désaliéner les esprits des nôtres. un esprit enchaîné ne peut pas être créateur ou créatif : impossible. nous devons en sortir par la diffusion de l'information vraie dans tous les domaines (histoire, culture, civilisation, économie, santé...).

2/ nous devons -tu as raison- demander des réparations pour les crimes raciaux perpétrés contre nous (armes bactériologiques). cela est un devoir davantage qu'un droit.

voilà deux choses que je dis. mon indignation a certainement fait perdre à mon discours la clarté qu'il aurait dû avoir, j'en suis le premier désolé. heureusement modjang Essonne est venu à la rescousse de son frère cadet.



farao
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://belinga.blog4ever.com
NYO



Nombre de messages : 111
Date d'inscription : 26/02/2009

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Mer 22 Avr - 22:26

Evindi Mot a écrit:
modjang Essonne ma ve wo akiba abui. tu as vraiment résumé le fond de ma pensée. emone mema, é ne fo'o avale modjang ya Mvome-Zoq a ke kobo, o wo'o ya ? owé.

1/ il existe effectivement une propagande visant à diaboliser tous azimuts l'Africain. nous devons en prendre conscience et nous défendre en conséquence (médias africains) afin de désaliéner les esprits des nôtres. un esprit enchaîné ne peut pas être créateur ou créatif : impossible. nous devons en sortir par la diffusion de l'information vraie dans tous les domaines (histoire, culture, civilisation, économie, santé...).

2/ nous devons -tu as raison- demander des réparations pour les crimes raciaux perpétrés contre nous (armes bactériologiques). cela est un devoir davantage qu'un droit.

voilà deux choses que je dis. mon indignation a certainement fait perdre à mon discours la clarté qu'il aurait dû avoir, j'en suis le premier désolé. heureusement modjang Essonne est venu à la rescousse de son frère cadet.



farao


Mbolo mone-dzang, je partage ton indignation.

Je voudrais revenir sur les chiffres de l’ONU.

Citation :


--------------------------------------------------------

Gabon

Gabon-->2004-->44 000
Gabon-->2005-->46 000
Gabon-->2006-->47 000
Gabon-->2007-->49 000


--------------------------------------------------------
Equatorial Guinea

Equatorial Guinea-->2004-->10 000
Equatorial Guinea-->2005-->10 000
Equatorial Guinea-->2006-->11 000
Equatorial Guinea-->2007-->11 000

--------------------------------------------------------

Centre Afrique

Central African Republic-->2004-->150 000
Central African Republic-->2005-->150 000
Central African Republic-->2006-->150 000
Central African Republic-->2007-->160 000

--------------------------------------------------------
Cameroon

Cameroon-->2004-->540 000
Cameroon-->2005-->540 000
Cameroon-->2006-->540 000
Cameroon-->2007-->540 000


--------------------------------------------------------
Congo

Congo-->2004-->80 000
Congo-->2005-->80 000
Congo-->2006-->80 000
Congo-->2007-->79 000

--------------------------------------------------------



Je suis convaincu que l’urgence de l’heure c’est d’abord tenir compte de ce que disent ces chiffres et d’agir en conséquence.

Si nous considérons les états sur lesquels est posé le pays Fang, nous constatons :

1 – Il n y a aucune tendance significative des chiffres à la baisse observée. Le Congo passe légèrement de 80mil à 70mil, c’est un signe positif. Mais nous devons noter que sur ce territoire notre communauté est en faible nombre.

2 – Le plus scandaleux dans ces chiffres c’est ceux du Gabon, sur les cinq dernières années, la hausse est permanente. Et le cas du Gabon est particulièrement grave car sur ce territoire le nombre des Fang est très important. Nous pouvons légitimement considérer que cette partie de notre communauté est sérieusement menacée.

2 – Le point encourageant c’est le Cameroun, le chiffre reste très élevé mais tend à se stabiliser, de façon très nette, et c’est très bien, étant donné que sur ce territoire le nombre des Fang reste très important.

C’est trois cas nous permettent de voir objectivement que l’action des gouvernements conscients du danger du VIH peut : contenir la progression du virus (c’est le cas du Cameroun), stopper sa progression (c’est actuellement le cas du Congo), et, évidemment si l’on ne fait rien (ou, si l’on fait n’importe quoi, si l’ on fait tout n’importe comment) le virus continue à se propager, c’est malheureusement le cas du Gabon.

Comparés avec les chiffres des autres pays, ces chiffres nous montrent que c'est L’action des hommes et des femmes qui détermine la vitesse de propagation du VIH. C'est une bonne nouvelle car nous pouvons faire quelque chose contre la progression du VIH!

Si c’est notre action qui détermine la vitesse de propagation du virus, je reviens à la question initiale du forum, que faire pour changer les mentalités au pays ? Puisqu’il est entendu que notre mentalité conditionne la perception que nous avons du danger que représente le VIH.

Que faire pour changer les mentalités au pays ? je propose que l'on passe aux solutions possible du problème. Chacun peut donner une idée qu’il estime en mesure de changer les mentalités au pays.

Je commence. Je pense que l’une des actions possibles et peu couteuse pour changer les mentalités, consisterait à reprendre les principales valeurs de l’éducation des enfants chez les anciens Fang, à savoir : de réinstaurer la rigueur et la discipline (du corps, temps de SIDA oblige) et de ramener l'éducation sexuelle dans le cadre de la famille en présentant le préservatif au moment de cette éducation.

Cordialement

[NYO]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Essonne de Mvome-Zoq



Masculin Nombre de messages : 1087
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Jeu 23 Avr - 1:04

Je comprends les inquiétudes de Nyo. La situation est grave. Cependant, il faut se dire que nous parlons deux choses qui, en apparence peuvent être senties comme opposées. Mais à bien y réfléchir, notre préoccupation est la même. Dans le problème du sida, il y a la part d'efforts à fournir dans la préservation de nos population. D'un autre côté, il faut refuser de laisser s'installer la pestilence comme étant une caractéristique de l'Afrique. dans cette approche, il n'est pas question de fermer les yeux sur les dangers qui sont réels. Mais bien de poser le problème comme cela aurait être fait: en le ramenant à une dimension moins tendancieuse.

Je vais me permettre, puisque j'en ai reçu l'envoi, de mettre en ligne un mail que j'ai reçu d'une brave jeune femme qui est engagée dans la lutte contre le sida en Afrique. Elle demande le concours de toute personne qui veut réfléchir aux moyens de sensibiliser les populations. Proposez lui vos solutions à l'adresse suivante : <littletassy@yahoo.fr> Et voici son mail:

Bonjour,
excusez l'intrusion! c'est pour un vrai sondage d'intellect, je compte sur vous...

Je suis une compatriote , Tatiana, je suis ancienne etudiante de Strasbourg, je suis au Gabon en tant que jeune diplomée, j'ai été recrutée comme consultante par le Ministère du SIDA pour l'elaboration d'un plan d'action et de stratégie relatif au preservatif, je m'adresse à chacun de vous en tant que gabonais, etudiant, salarié mais surtout intellectuel, en espérant que par vos réponses à mes questions, votre contribution aidera nos frères et soeurs au Gabon à lutter sérieusement contre le VIH SIDA et les IST. Je remercie d'avance le panel qui me répondra au plus tard vendredi 24 avant 17H afin que je puisse recouper les informations, et faire un rapport. Ceci reste anonyme, vous pouvez répondre à une ou plusieurs questions, je vous remercie de m'aider dans ma tache et je compte sur vous.

1° Quelles sont pour vous les chaines de TV gabonaises les plus influentes?
2° quel est l'animateur le plus influent au Gabon, selon vos connaissances?
3° Les confessions religieuses ont elles un veritable travail de fond sur les problèmes des IST et VIH SIDA?
4° Les médias ont ils un véritable et libre travail de fond dans la lutte contre le SIDA et les IST?
5° Pour vous, quel est la categorie la plus exposée aux IST et au VIH SIDA au Gabon? Argumentez votre réponse.
6° Si vous pouviez choisir, quel serait pour vous le meilleur moyen de montrer aux populations que le preservatif n'est ni un tabou, ni une atteinte à la pudeur, ni un fetiche, mais un moyen de se proteger ou de proteger son cjoint?
7° comment peut on faire passer un message aux villageois? aux personnes urbaines?
8° si vous voulez ajouter quelque chose , c'est ici, un commentaire, un temoignage, un conseil

Merci beaucoup pour votre aide, vous pouvez juste cliquer sur "répondre" et taper les réponses en face des questions et envoyer le courriel. JE COMPTE SUR VOUS. Vous pouvez faire suivre ce message; à des gabonais, ou personnes ayant vécu au gabon, car cela concerne une étude gabonaise, vous savez que les populations par pays ou civilisations n'ont pas les mêmes approches...

Tatiana Nguema Ondo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NYO



Nombre de messages : 111
Date d'inscription : 26/02/2009

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Jeu 23 Avr - 17:23

Mbolo ani,
Voici un article très intéressant pour bien mener la lutte contre le SIDA.
Cordialement

[NYO]


Malgré la situation alarmante décrite par les statistiques, aucune mesure de protection n’est prise. La question fondamentale qui trotte dans toutes les pensées est la suivante : Comment l’Afrique combat t- elle le VIH/SIDA avec un taux de prévalence aussi élevé ?

Citation :


La bataille Africaine contre le fléau

Société Africaine Anti-SIDA
http://www.saafrica.org/french/article3.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NYO



Nombre de messages : 111
Date d'inscription : 26/02/2009

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Ven 24 Avr - 17:49

Mbolo ani,
Voici quelques réponses personnelles à certaines questions qui nous sont posées par Tatianna dans son enquête.
Cordialement
[NYO]


3° Les confessions religieuses ont elles un véritable travail de fond sur les problèmes du VIH SIDA?

Oui, de fait les autorités religieuses sont en contact permanent avec les membres de la communauté, elles ont une grande influence au niveau communautaire, elles inspirent naturellement confiance à leurs fidèles. Une campagne de lutte contre le SIDA qui a le soutien de ces autorités a beaucoup de chance de porter de bons fruits.
Et, on peut noter que dans d’autres pays Sénégal, Mali, Rwanda, Congo les autorités religieuses ont pris l’habitude de se rencontrer afin de concerter leurs efforts de lutte contre le SIDA.

4° Les médias ont ils un véritable et libre travail de fond dans la lutte contre le SIDA?

Incontestablement. Partout où les médias s’engagent à fond dans la lutte contre le SIDA on constate que le SIDA recule. Nous avons besoin de média capables de parler du VIH de façon professionnelle et parfaitement adaptée au public Gabonais.

Je pense aussi que les média pourraient censurer purement et simplement tout message, d’où qu’il vienne, pouvant inciter au refus de l’usage du préservatif.


6° Si vous pouviez choisir, quel serait pour vous le meilleur moyen de montrer aux populations que le préservatif n'est ni un tabou, ni une atteinte à la pudeur, ni un fétiche, mais un moyen de se protéger ou de protéger son conjoint?

- On peut leur montrer les images des personnes atteintes de la maladie.
- On peut leur faire écouter des messages audio enregistrés de la bouche de personnes atteintes du SIDA et qui regrettent d’avoir refuser l’usage du préservatif.
- On peut leur rappeler le souvenir de telle ou telle personne qui se vantait de ne jamais faire usage du préservatif et dont on a plus de nouvelles.
- Les autorités politiques, religieuses, militaires, administratives, universitaires, les autorités de la société traditionnelle, doivent être mises à contribution afin que toutes les couches de la société soient convaincues que tout le monde est d’accord sur ce point.


7° comment peut-on faire passer un message aux villageois?

- La radio diffusant dans les langues nationales et donnant des flashes d’informations aux heures de grande écoute.
- A l’occasion des nombreuse manifestations villageoises, que le chef du village soit invité à parler du SIDA et à recommander l’usage du préservatif à ceux et celles qui estiment avoir un comportement sexuel léger et dangereux.
- On pourrait mettre à contribution les ressortissants de tel ou tel village afin qu’ils retournent régulièrement dans leur village faire campagne contre le SIDA en pronant l'usage du préservatif.


--------------------------------------------------------------------------



Citation :


UNICEF
Ce que les autorités religieuses peuvent faire contre le VIH/SIDA

http://www.unicef.org/french/publications/files/Religious_French.pdf

La crise du VIH ⁄ SIDA a atteint une ampleur gigantesque sur les plans spirituel, social, économique et politique. Et c’est de plus en plus le problème des jeunes.

Vaincre le VIH ⁄ SIDA et en finir avec le caractère de maladie honteuse qui en alimente la propagation, tel est l’un des plus formidables défis de notre époque.

Il ne pourra être relevé avec succès que grâce au courage, à la détermination et à la mobilisation de la société à tous les niveaux, en particulier parmi les autorités religieuses qui peuvent mettre à profit la confiance et l’autorité dont elles jouissent dans leurs communautés pour enrayer la progression de la pandémie.

L’idée de cette publication a été inspirée par l’Assemblée des autorités religieuses africaines sur les enfants et le VIH/SIDA tenue en juin 2002, au cours de laquelle les chefs religieux ont demandé la réalisation d’outils pouvant aider à faire face à la crise.

L’UNICEF, la Conférence mondiale des religions pour la paix et le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA) ont élaboré conjointement ce manuel, qui puise aux sources d’information de diverses communautés religieuses.

Il a été testé et évalué par les autorités religieuses d’Afrique et d’Asie et des représentants d’organisations et réseaux confessionnels de toutes les parties du monde.

UNICEF
Ce que les autorités religieuses peuvent faire contre le VIH/SIDA


http://www.unicef.org/french/publications/files/Religious_French.pdf



--------------------------------------------------------------------------


Citation :


LUTTE CONTRE LE SIDA ET IMPLICATION DES MEDIAS
http://www.sudonline.sn/spip.php?article15490

Le réseau des journalistes jettent un pavé dans la mare
par Cheikh Tidiane MBENGUE | SUD QUOTIDIEN, vendredi 12 décembre 2008


Les médias et leur responsabilité dans la lutte contre le VIH Sida. Ce sujet d’actualité a été au centre des débats à la 15ème édition de l’Icasa 2008 qui vient de clôturer ses travaux à Dakar. Ce fut l’occasion par Bamba Youssouf, président du Réseau des médias africains de lutte contre le Sida, le paludisme et la tuberculose (Remastp) de dénoncer haut et fort la non implication directe des médias dans la lutte contre cette maladie qui continue à décimer les populations du continent africain.

Les résultats actuels obtenus dans la lutte contre le vih Sida sont timides en Afrique subsaharienne.
Il faut essayer de renforcer la lutte avec l’appui des médias.


Car ses derniers peuvent sauver des vies humaines autant que les médecins. La communauté internationale doit prendre les médias comme des acteurs clés dans la lutte contre cette pandémie.

Tel est le contenu de la déclaration retentissante faite hier par Bamba Youssouf, président du comité des réseaux des médias africains contre le Sida, la tuberculose et le paludisme.

Selon lui, le constat qui se dégage aujourd’hui est que personne ne peut réussir à faire reculer cette maladie sans l’implication directe des médias.

Depuis que la lutte contre le Sida a débuté dans nos pays on a toujours cité les médias mais sans les associer réellement aux conceptions des stratégies. Le tord qui a été fait, n’est pas uniquement aux médias, mais à toute la communauté africaine.
Aujourd’hui pour arriver à réussir les offensives contre ce mal, il est temps d’impliquer directement les médias dans la lutte. Toutefois le président de ce réseau regroupant 25 pays d’Afrique n’a pas manqué de pointer du doigt accusateur tous ceux qui portent en eux la responsabilité de cette marginalisation. Contre les professionnels et tous ceux qui sont dans les médias et qui pensent que le Sida est une simple question de financement.
C’est pour cela que le réseau mis en place, selon lui, entend corriger cette méprise et palie aux manquements constatés dans ce domaine.

Auparavant M. Bamba a rappelé les acquis de l’expérience du réseau des médias dans la lutte contre le Vih en Côte d’Ivoire où pourtant le taux d’analphabétisme est de 51 %. Dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, des stratégies de communication ont été développées en collaboration avec 78 radios communautaires à travers plus de 140 villages et ont permis de mieux sensibiliser les populations et changer le comportement dans le monde rural. Au cours de cette rencontre, les expériences des professionnels de médias de la Zambie et du Botswana ont été également présentées.

Deux pays dont les modèles d’implication de la presse ont montré l’importance de l’information dans le combat. En citant comme exemple le Botswana par exemple, où des ateliers sur le Vih Sida ont été organisés pour toute la presse d’agences sur les risques liés face au monde du travail. Au cours des interventions de cette cession qui conforte tous les communicateurs par rapport à cette vision, la question du sida et son rapport subjectif avec l’argent attendu par les prestataires est une déviation qui a vicié les relations entre les tenants des programmes et les médias. D’autres intervenants pensent également que dans la formation au niveau des écoles de communication de journalistes l’on devrait aussi pouvoir prendre en compte cette donne.

LUTTE CONTRE LE SIDA ET IMPLICATION DES MEDIAS
http://www.sudonline.sn/spip.php?article15490

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Essonne de Mvome-Zoq



Masculin Nombre de messages : 1087
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Ven 24 Avr - 22:42

NYO a écrit:
Mbolo ani,
Voici quelques réponses personnelles à certaines questions qui nous sont posées par Tatianna dans son enquête.
Cordialement
[NYO]


3° Les confessions religieuses ont elles un véritable travail de fond sur les problèmes du VIH SIDA?

Oui, de fait les autorités religieuses sont en contact permanent avec les membres de la communauté, elles ont une grande influence au niveau communautaire, elles inspirent naturellement confiance à leurs fidèles. Une campagne de lutte contre le SIDA qui a le soutien de ces autorités a beaucoup de chance de porter de bons fruits.
Et, on peut noter que dans d’autres pays Sénégal, Mali, Rwanda, Congo les autorités religieuses ont pris l’habitude de se rencontrer afin de concerter leurs efforts de lutte contre le SIDA.

4° Les médias ont ils un véritable et libre travail de fond dans la lutte contre le SIDA?

Incontestablement. Partout où les médias s’engagent à fond dans la lutte contre le SIDA on constate que le SIDA recule. Nous avons besoin de média capables de parler du VIH de façon professionnelle et parfaitement adaptée au public Gabonais.

Je pense aussi que les média pourraient censurer purement et simplement tout message, d’où qu’il vienne, pouvant inciter au refus de l’usage du préservatif.


6° Si vous pouviez choisir, quel serait pour vous le meilleur moyen de montrer aux populations que le préservatif n'est ni un tabou, ni une atteinte à la pudeur, ni un fétiche, mais un moyen de se protéger ou de protéger son conjoint?

- On peut leur montrer les images des personnes atteintes de la maladie.
- On peut leur faire écouter des messages audio enregistrés de la bouche de personnes atteintes du SIDA et qui regrettent d’avoir refuser l’usage du préservatif.
- On peut leur rappeler le souvenir de telle ou telle personne qui se vantait de ne jamais faire usage du préservatif et dont on a plus de nouvelles.
- Les autorités politiques, religieuses, militaires, administratives, universitaires, les autorités de la société traditionnelle, doivent être mises à contribution afin que toutes les couches de la société soient convaincues que tout le monde est d’accord sur ce point.


7° comment peut-on faire passer un message aux villageois?

- La radio diffusant dans les langues nationales et donnant des flashes d’informations aux heures de grande écoute.
- A l’occasion des nombreuse manifestations villageoises, que le chef du village soit invité à parler du SIDA et à recommander l’usage du préservatif à ceux et celles qui estiment avoir un comportement sexuel léger et dangereux.
- On pourrait mettre à contribution les ressortissants de tel ou tel village afin qu’ils retournent régulièrement dans leur village faire campagne contre le SIDA en pronant l'usage du préservatif.


--------------------------------------------------------------------------



Citation :


UNICEF
Ce que les autorités religieuses peuvent faire contre le VIH/SIDA

http://www.unicef.org/french/publications/files/Religious_French.pdf

La crise du VIH ⁄ SIDA a atteint une ampleur gigantesque sur les plans spirituel, social, économique et politique. Et c’est de plus en plus le problème des jeunes.

Vaincre le VIH ⁄ SIDA et en finir avec le caractère de maladie honteuse qui en alimente la propagation, tel est l’un des plus formidables défis de notre époque.

Il ne pourra être relevé avec succès que grâce au courage, à la détermination et à la mobilisation de la société à tous les niveaux, en particulier parmi les autorités religieuses qui peuvent mettre à profit la confiance et l’autorité dont elles jouissent dans leurs communautés pour enrayer la progression de la pandémie.

L’idée de cette publication a été inspirée par l’Assemblée des autorités religieuses africaines sur les enfants et le VIH/SIDA tenue en juin 2002, au cours de laquelle les chefs religieux ont demandé la réalisation d’outils pouvant aider à faire face à la crise.

L’UNICEF, la Conférence mondiale des religions pour la paix et le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA) ont élaboré conjointement ce manuel, qui puise aux sources d’information de diverses communautés religieuses.

Il a été testé et évalué par les autorités religieuses d’Afrique et d’Asie et des représentants d’organisations et réseaux confessionnels de toutes les parties du monde.

UNICEF
Ce que les autorités religieuses peuvent faire contre le VIH/SIDA


http://www.unicef.org/french/publications/files/Religious_French.pdf



--------------------------------------------------------------------------


Citation :


LUTTE CONTRE LE SIDA ET IMPLICATION DES MEDIAS
http://www.sudonline.sn/spip.php?article15490

Le réseau des journalistes jettent un pavé dans la mare
par Cheikh Tidiane MBENGUE | SUD QUOTIDIEN, vendredi 12 décembre 2008


Les médias et leur responsabilité dans la lutte contre le VIH Sida. Ce sujet d’actualité a été au centre des débats à la 15ème édition de l’Icasa 2008 qui vient de clôturer ses travaux à Dakar. Ce fut l’occasion par Bamba Youssouf, président du Réseau des médias africains de lutte contre le Sida, le paludisme et la tuberculose (Remastp) de dénoncer haut et fort la non implication directe des médias dans la lutte contre cette maladie qui continue à décimer les populations du continent africain.

Les résultats actuels obtenus dans la lutte contre le vih Sida sont timides en Afrique subsaharienne.
Il faut essayer de renforcer la lutte avec l’appui des médias.


Car ses derniers peuvent sauver des vies humaines autant que les médecins. La communauté internationale doit prendre les médias comme des acteurs clés dans la lutte contre cette pandémie.

Tel est le contenu de la déclaration retentissante faite hier par Bamba Youssouf, président du comité des réseaux des médias africains contre le Sida, la tuberculose et le paludisme.

Selon lui, le constat qui se dégage aujourd’hui est que personne ne peut réussir à faire reculer cette maladie sans l’implication directe des médias.

Depuis que la lutte contre le Sida a débuté dans nos pays on a toujours cité les médias mais sans les associer réellement aux conceptions des stratégies. Le tord qui a été fait, n’est pas uniquement aux médias, mais à toute la communauté africaine.
Aujourd’hui pour arriver à réussir les offensives contre ce mal, il est temps d’impliquer directement les médias dans la lutte. Toutefois le président de ce réseau regroupant 25 pays d’Afrique n’a pas manqué de pointer du doigt accusateur tous ceux qui portent en eux la responsabilité de cette marginalisation. Contre les professionnels et tous ceux qui sont dans les médias et qui pensent que le Sida est une simple question de financement.
C’est pour cela que le réseau mis en place, selon lui, entend corriger cette méprise et palie aux manquements constatés dans ce domaine.

Auparavant M. Bamba a rappelé les acquis de l’expérience du réseau des médias dans la lutte contre le Vih en Côte d’Ivoire où pourtant le taux d’analphabétisme est de 51 %. Dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, des stratégies de communication ont été développées en collaboration avec 78 radios communautaires à travers plus de 140 villages et ont permis de mieux sensibiliser les populations et changer le comportement dans le monde rural. Au cours de cette rencontre, les expériences des professionnels de médias de la Zambie et du Botswana ont été également présentées.

Deux pays dont les modèles d’implication de la presse ont montré l’importance de l’information dans le combat. En citant comme exemple le Botswana par exemple, où des ateliers sur le Vih Sida ont été organisés pour toute la presse d’agences sur les risques liés face au monde du travail. Au cours des interventions de cette cession qui conforte tous les communicateurs par rapport à cette vision, la question du sida et son rapport subjectif avec l’argent attendu par les prestataires est une déviation qui a vicié les relations entre les tenants des programmes et les médias. D’autres intervenants pensent également que dans la formation au niveau des écoles de communication de journalistes l’on devrait aussi pouvoir prendre en compte cette donne.

LUTTE CONTRE LE SIDA ET IMPLICATION DES MEDIAS
http://www.sudonline.sn/spip.php?article15490


A Nyo, ma v we akiba. J'espère surtout que tu lui a envoyé tes réponses sur son mail qui est communiqué dans mon message.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NYO



Nombre de messages : 111
Date d'inscription : 26/02/2009

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Ven 24 Avr - 23:04

Essonne de Mvome-Zoq a écrit:


A Nyo, ma v we akiba. J'espère surtout que tu lui a envoyé tes réponses sur son mail qui est communiqué dans mon message.


Nya more, Mbolo.
Je lui ai transmis les réponses en en temps et en heure.
Cordialement
[NYO]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minsili mi Ngoan Ewondo



Féminin Nombre de messages : 2259
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Sam 25 Avr - 17:09

Y'e mininga a ga ya'a adzo di (Hijita) asiki fe muna? A dzo ya e miyalne misë mina? Hijita ton point de vue sur les dernières interventions? Smile

_________________
Z'adzo ne nsut ngoan mininga one moan satan?Ye ma bisi bisi !!!MENE MOAN ZAMBA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Essonne de Mvome-Zoq



Masculin Nombre de messages : 1087
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Dim 26 Avr - 0:38

Minsili mi Ngoan Ewondo a écrit:
Y'e mininga a ga ya'a adzo di (Hijita) asiki fe muna? A dzo ya e miyalne misë mina? Hijita ton point de vue sur les dernières interventions? Smile

Heng! Minsili!... Ye o nga kombo beta titane bot nga ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minsili mi Ngoan Ewondo



Féminin Nombre de messages : 2259
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Dim 26 Avr - 13:07

Essonne de Mvome-Zoq a écrit:
Minsili mi Ngoan Ewondo a écrit:
Y'e mininga a ga ya'a adzo di (Hijita) asiki fe muna? A dzo ya e miyalne misë mina? Hijita ton point de vue sur les dernières interventions? Smile

Heng! Minsili!... Ye o nga kombo beta titane bot nga ?

C'est-à-dire? Shocked Ma question est tout sauf "facétieuse". J'ai apprécié la tournure (ton) des derniers arguments et c'est venu parce qu'Hijita a donné son point de vue. Si elle ne l'avait pas fait, les dernières explications n'auraient pas suivi, donc mot osë a bele afola a débat, chacun a son rôle pour nourrir constructivement un débat.

Que je le partage ou pas, le point de vue d'Hijita a mis en avant une des incompréhensions qui peuvent "brouiller" la discussion sur le SIDA : d'un côté des non-africains (occidentaux en général) qui se demandent pourquoi on se prend la tête avec la "forme" (notamment comment les médias occidentaux surtout présentent le SIDA dans le monde) et non le fond (prévention);
d'un autre côté des Africains qui donnent l'impression à l'autre camp de "balayer" le fond pour s'attarder sur la forme.
Je trouve que vous lui avez bien expliqué pourquoi un certain agacement (côté africain) face à l'attitude des médias occidentaux, qui est tout sauf anodine. Vous lui avez expliqué que cela ne sous-entendait en aucun cas qu'on oubliait le fond (prévention), mais qu'en même temps, il faut arrêter de balayer d'un revers de main ce que les Africains jugent comme idéologiquement à caution dans la "forme". Le principal concerné est mieux à même de savoir ce qui "le gêne" ou pas, et non qu'on lui dise que "sa gêne" serait secondaire, surtout si l'Africain estime que "sa gêne" entache le résultat final (prévention). peut-on vraiment prévenir à long terme en semblant diaboliser (rejeter systématiquement la faute) à un camp (Afrique)? A essonne, avec l'exemple des bobedzang qui ici se laissereint plus aller pensant na mbot y'a man ayat bene voa et une fois au pays redistribuent, ye ma me ve dzo?

En conclusion, après vos dires, ça m'intéresse de savoir ce qu'elle pense de vos arguments. "A titane mot ane vé eteré"? Smile

_________________
Z'adzo ne nsut ngoan mininga one moan satan?Ye ma bisi bisi !!!MENE MOAN ZAMBA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Essonne de Mvome-Zoq



Masculin Nombre de messages : 1087
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Lun 27 Avr - 0:51

Minsili mi Ngoan Ewondo a écrit:


En conclusion, après vos dires, ça m'intéresse de savoir ce qu'elle pense de vos arguments. "A titane mot ane vé eteré"? Smile

Et tu as parfaitement raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minsili mi Ngoan Ewondo



Féminin Nombre de messages : 2259
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Jeu 21 Mai - 18:06

Citation :
Avoir plusieurs partenaires plus répandu dans les pays riches que dans les pays pauvres


Retour sur une série d'articles qu'avait publié la célèbre revue médicale britannique The Lancet, écrits scientifiques qui dépoussièrent certains de nos préjugés sur la question de la multiplication des partenaires sexuels. Les articles, basés sur les travaux du Pr Kaye Wellings de la faculté d'hygiène et de médecine tropicale londonienne, montraient par exemple que ce n’est pas dans les régions du monde où l'on est supposé avoir plus de partenaires sexuels que les maladies sexuellement transmissibles se propagent le plus, ou que les mariés pratiquent plus assidûment le sexe que les célibataires.

Pour arriver à ces conclusions, le Pr Kaye Wellings avait notamment analysé diverses données portant sur près de 60 pays dans le monde, arrivant à la conclusion suivante : avoir plusieurs partenaires est généralement plus répandu dans les pays riches que dans les pays en développement. De même, les célibataires très actifs côté sexe se retrouvent plus dans les pays riches.

Pour les auteurs de l’étude, ce n’est donc pas le vagabondage sexuel si souvent prêté aux Africains par exemple, qui expliquerait les forts taux de Sida et autres MST, mais peut-être plus les inégalités entre homme et femme, la pauvreté, qui de fait entraîne un accès moins faciles aux moyens de protection tels que le préservatif. Ils encouragaient donc une meilleure prise en compte de ces données socio-économiques en matière de santé sexuelle. ©Culturefemme.com

_________________
Z'adzo ne nsut ngoan mininga one moan satan?Ye ma bisi bisi !!!MENE MOAN ZAMBA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?   Aujourd'hui à 8:43

Revenir en haut Aller en bas
 
Le VIH en Afrique : Les mentalités ont-elles évoluées ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Mentalité troupeau
» Photos de : Afrique en 4x4 er Argentine en Camping car
» champion d afrique
» Agogwés (Afrique de l'Est)
» Point Afrique a repris ses charters vers le Nord de la Mauritanie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Be-fang@beti.com :: Discussion générale-
Sauter vers: