Forum Be-fang@beti.com

Mbemba soan Aba !!!!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  RETOUR SUR LE SITERETOUR SUR LE SITE  

Partagez | 
 

 COMPRENDRE LE STATU POLITIQUE DE MON PEUPL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
medzam'otougou



Nombre de messages : 178
Age : 34
Localisation : afrique
Date d'inscription : 09/07/2006

MessageSujet: COMPRENDRE LE STATU POLITIQUE DE MON PEUPL   Ven 5 Jan - 16:52

COMPRENDRE LE STATU POLITIQUE DE MON PEUPLE ( 6 )

[...] Dans les années 1940, averties des initiatives de regroupement des clans, les autorités françaises tentèrent immédiatement de contrer
celles-ci en encourageant un « regroupement des villages » fang sous la tutelle de
politiciens sûrs (Jean-Hilaire Aubame), espérant constituer des centres plus aisément
gérables le long des nouvelles voies économiques, et fixer les candidats à l'émigration
urbaine56. Cet ultime avatar de l'effort colonial, acharné à éteindre les dernières
manifestations migratoires fang (entendre déplacements incontrôlables), continua de
mobiliser le cliché des migrations néfastes. Sur le plan économique, il servit à
stigmatiser l’exode rural et les migrations de travail, encourageant les autorités à tenter
de prévenir la formation d'un prolétariat fang dans les villes du sud par la formation
autoritaire de paysannats dans le Woleu-Ntem et la réglementation de la main-d'œuvre
au profit des chantiers coloniaux.[...]

Réduites à soutenir certains représentants de cette nouvelle
frange urbaine, elles les désavouèrent au premier soupçon en usant largement des mythes
de l'archétype fang. Le destin du jeune Léon Mba en est un exemple frappant. En 1924,
« évolué » frais émoulu de l'école de la Mission catholique de Libreville, il avait été
choisi pour remplacer un chef de canton de la capitale. Mais au début des années 1930,
effrayé par l'influence grandissante du jeune chef, qui encourage alors l'extension du
culte bwiti parmi les Fang du sud et fréquente les milieux francs-maçons et communistes
de Libreville, le gouvernement l'accuse d'avoir participé à un crime rituel impliquant la
consommation de restes humains57. La condamnation, puisant à l'archétype colonial,
dénonce violemment dans le notable citadin le « Pahouin » sauvage et sanguinaire.
[...]

la plupart des initiatives fang débouchèrent sur une série d'échecs politiques. Aucune des réactions des années 1930 à 1950 ne conduisit
à l’ébauche d’une suprématie Fang, du moins collective. Quelques individus
remarquables seuls en tirèrent avantage. En 1947 le Congrès pahouin de Mitzic consacra
le conflit entre chefs administratifs du nord rural (Woleu-Ntem) et élites fang des villes
du sud (Estuaire, Ogooué). Léon Mba, élu à la tête du Congrès pahouin de Mitzic, ne
recueillit que les voix du sud et resta considéré par ceux du nord comme un traître59.
Parvenu à la magistrature suprême en 1960 et soucieux d’édifier une large base de
soutien dans l’ensemble du territoire de la nouvelle république gabonaise, Léon Mba ne
privilégia jamais ses congénères. Son héritier désigné, Albert Bongo, appartient à une
ethnie minoritaire du Gabon. Depuis les années 1970, une constellation de partis
recrutant majoritairement parmi les Fang s'oppose fortement à son régime (Morena,
Bûcherons). Mais le pouvoir central a jusqu’ici réussi à alimenter les divisions de cette
opposition, et à s’assurer de son impuissance politique.
[...]


Tout au long de la période coloniale et post-coloniale, les Fang sont donc restés
les grands perdants de l’Etat moderne au Gabon, un Etat qui n'a eut cesse de brider leur
influence60. Il est fort difficile dans ce processus de faire la part des obstacles qu'ont
représenté les images négatives de l'archétype fang. Aujourd'hui comme hier, les Fang
pâtissent dans une large partie de l'opinion publique gabonaise, en tant qu’individus ou
en tant que groupe, de la méfiance qui s'exerce envers ceux que l'on dépeint comme les
vendus sur les étalages du marché. L'enquête lia immédiatement l'affaire au bwiti et
arrêta Léon Mba. A l'issue de son procès, il fut condamné à trois ans de prison et à l'exil
en Oubangui-Chari, où il fut déporté en 1932. Il n'obtint sa grâce qu'en 1946 et revint
participer aux premières élections locales. Il est difficile de savoir qui, des autorités
coloniales inquiètes de l'influence de Léon M'Ba, ou de ses adversaires fang ou
mpongwé à Libreville, manipula l'opinion contre Léon M'Ba au moment du procès.
[...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AKOMO-ZOGHE-MEZA



Nombre de messages : 77
Date d'inscription : 22/10/2006

MessageSujet: intéressant!!!!   Dim 7 Jan - 22:42

c'est intéressant ce que tu as fait!! Courage!!!

Mekang
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adzidzon
Admin


Nombre de messages : 2848
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: COMPRENDRE LE STATU POLITIQUE DE MON PEUPL   Ven 12 Jan - 18:33

Mbolo,

c'est une analyse interessante...
akiba
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mongyadza



Masculin Nombre de messages : 56
Age : 34
Localisation : chine
Date d'inscription : 08/07/2006

MessageSujet: [color=blue][i][b]COMPRENDRE LE STATU POLITIQUE DE MON PEUP   Sam 10 Fév - 15:23

Sambaa!Ma yeghe abuign eyong m'alang emam wa tsili.Il est une choz ke nous avons toujours eu une seule part de la connaissance de notre histoire c'est celle de ceux ki nous on colonise car il ont et continuent a ecrire a leur guise mais l'expertise et la recherche de la vraie verite est desormais le nouvo depart et la nouvelle forme de decouverte ke nous faisons chak jour sur nous mm d'ou nous venons,ki nous sommes et sur ce a koi nous devons desormais faire face pour raviver la flamme de Fang ki demeure en nous ...............Osssssssu!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nguema



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: COMPRENDRE LE STATU POLITIQUE DE MON PEUPL   Sam 17 Mar - 11:06

a modzang medza ossu,
tu fais une tres bonne analyse du paysage polique d'hier de notre peuple, aujoud'hui il devient beaucoup plus compliqué et je rove interressant que tu soulève la question afin d'en discuter
fogueve adzo adzoooo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TÄRE EVIVI NGUEMA



Masculin Nombre de messages : 511
Age : 56
Localisation : Province de l'Estuaire GABON
Date d'inscription : 23/12/2007

MessageSujet: Re: COMPRENDRE LE STATU POLITIQUE DE MON PEUPL   Mer 11 Fév - 18:32

medzam'otougou a écrit:
COMPRENDRE LE STATU POLITIQUE DE MON PEUPLE ( 6 )

[...] Dans les années 1940, averties des initiatives de regroupement des clans, les autorités françaises tentèrent immédiatement de contrer
celles-ci en encourageant un « regroupement des villages » fang sous la tutelle de
politiciens sûrs (Jean-Hilaire Aubame), espérant constituer des centres plus aisément
gérables le long des nouvelles voies économiques, et fixer les candidats à l'émigration
urbaine56. Cet ultime avatar de l'effort colonial, acharné à éteindre les dernières
manifestations migratoires fang (entendre déplacements incontrôlables), continua de
mobiliser le cliché des migrations néfastes. Sur le plan économique, il servit à
stigmatiser l’exode rural et les migrations de travail, encourageant les autorités à tenter
de prévenir la formation d'un prolétariat fang dans les villes du sud par la formation
autoritaire de paysannats dans le Woleu-Ntem et la réglementation de la main-d'œuvre
au profit des chantiers coloniaux.[...]

Réduites à soutenir certains représentants de cette nouvelle
frange urbaine, elles les désavouèrent au premier soupçon en usant largement des mythes
de l'archétype fang. Le destin du jeune Léon Mba en est un exemple frappant. En 1924,
« évolué » frais émoulu de l'école de la Mission catholique de Libreville, il avait été
choisi pour remplacer un chef de canton de la capitale. Mais au début des années 1930,
effrayé par l'influence grandissante du jeune chef, qui encourage alors l'extension du
culte bwiti parmi les Fang du sud et fréquente les milieux francs-maçons et communistes
de Libreville, le gouvernement l'accuse d'avoir participé à un crime rituel impliquant la
consommation de restes humains57. La condamnation, puisant à l'archétype colonial,
dénonce violemment dans le notable citadin le « Pahouin » sauvage et sanguinaire.
[...]

la plupart des initiatives fang débouchèrent sur une série d'échecs politiques. Aucune des réactions des années 1930 à 1950 ne conduisit
à l’ébauche d’une suprématie Fang, du moins collective. Quelques individus
remarquables seuls en tirèrent avantage. En 1947 le Congrès pahouin de Mitzic consacra
le conflit entre chefs administratifs du nord rural (Woleu-Ntem) et élites fang des villes
du sud (Estuaire, Ogooué). Léon Mba, élu à la tête du Congrès pahouin de Mitzic, ne
recueillit que les voix du sud et resta considéré par ceux du nord comme un traître59.
Parvenu à la magistrature suprême en 1960 et soucieux d’édifier une large base de
soutien dans l’ensemble du territoire de la nouvelle république gabonaise, Léon Mba ne
privilégia jamais ses congénères. Son héritier désigné, Albert Bongo, appartient à une
ethnie minoritaire du Gabon. Depuis les années 1970, une constellation de partis
recrutant majoritairement parmi les Fang s'oppose fortement à son régime (Morena,
Bûcherons). Mais le pouvoir central a jusqu’ici réussi à alimenter les divisions de cette
opposition, et à s’assurer de son impuissance politique.
[...]


Tout au long de la période coloniale et post-coloniale, les Fang sont donc restés
les grands perdants de l’Etat moderne au Gabon, un Etat qui n'a eut cesse de brider leur
influence60. Il est fort difficile dans ce processus de faire la part des obstacles qu'ont
représenté les images négatives de l'archétype fang. Aujourd'hui comme hier, les Fang
pâtissent dans une large partie de l'opinion publique gabonaise, en tant qu’individus ou
en tant que groupe, de la méfiance qui s'exerce envers ceux que l'on dépeint comme les
vendus sur les étalages du marché. L'enquête lia immédiatement l'affaire au bwiti et
arrêta Léon Mba. A l'issue de son procès, il fut condamné à trois ans de prison et à l'exil
en Oubangui-Chari, où il fut déporté en 1932. Il n'obtint sa grâce qu'en 1946 et revint
participer aux premières élections locales. Il est difficile de savoir qui, des autorités
coloniales inquiètes de l'influence de Léon M'Ba, ou de ses adversaires fang ou
mpongwé à Libreville, manipula l'opinion contre Léon M'Ba au moment du procès.
[...]

@ What a Face Question
Statut politique des Fang en Guinée Equatoriale et au Cameroun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: COMPRENDRE LE STATU POLITIQUE DE MON PEUPL   Aujourd'hui à 21:36

Revenir en haut Aller en bas
 
COMPRENDRE LE STATU POLITIQUE DE MON PEUPL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment lui faire comprendre de prendre son bonbon calmement sans me bouffer la main
» Comprendre son chat
» Comment lui faire comprendre que ce n'est pas un Poney ?
» Made in japan : Le gadget qui vous permet de comprendre votre chien
» Comprendre et utiliser le clicker

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Be-fang@beti.com :: Culture et société Fang-
Sauter vers: