Forum Be-fang@beti.com

Mbemba soan Aba !!!!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  RETOUR SUR LE SITERETOUR SUR LE SITE  

Partagez | 
 

 EN CONSEQUENCE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
medzam'otougou



Nombre de messages : 178
Age : 34
Localisation : afrique
Date d'inscription : 09/07/2006

MessageSujet: EN CONSEQUENCE   Ven 5 Jan - 17:01

EN CONSEQUENCE ( 7 )


Au cours de la première moitié du 20ème siècle, et jusqu'à aujourd'hui, l’usage du
terme Pahouin chez les Français et les Gabonais (mais pas chez les Fang eux-même)
cristallisa progressivement les connotations les plus négatives du mythe fang.
Le député Jean-Hilaire Aubame était le représentant de ces Fang du nord. Il fut écarté
définitivement du pouvoir après avoir été accusé d'être à l'origine du coup d’état manqué
contre Léon Mba en 1964.

Ces échecs répétés expliquent peut-être en partie la reprise actuelle du mythe
hamitique par certains Fang, peut-être comme compensation symbolique. Nombre
d’intellectuels gabonais, encouragés par le rayonnement des thèses de Cheikh Anta Diop
et de Théophile Obenga, sont sensibles à la thèse des origines égyptiennes. Voir l’article
de Marc Ropivia « Les Fang dans les Grands Lacs et la Vallée du Nil », Présence
africaine, 120, 1981, pp. 46-57. L'imagerie populaire a de son côté subi l'influence de la
tradition chrétienne. Philippe Laburthe-Tolra signale qu’en pays bëti les savants font
couramment remonter leur généalogie à Noé et à Cham (Les seigneurs de la forêt, Paris,
1981, pp. 43-44).


dévoreurs potentiels de la nation, ou de sauvages guerriers mal dissimulés sous le vernis
d'une acculturation de façade. D'une certaine manière, il est presque impossible
d'échapper au mythe, que l'on soit gabonais ou étranger, Fang ou non, lettré ou
analphabète. La prégnance des grilles de lecture coloniales, la versatilité et l’ambiguïté
ductile de celles-ci, réinvesties par une très grande variété d'acteurs, est telle que celui
qui les accepte ou les critique ne peut éviter d'en faire une référence, sinon absolue, du
moins incontournable. Au regard du passé, les multiples ré-appropriations du cliché
fang débouchent sur le résultat souhaité par les colonisateurs : représenter les Fang (et à
leur suite l'ensemble des Gabonais) comme appartenant à un groupe homogène,
inchangé dans le temps, où les destins individuels ne peuvent que subir le déterminisme
de la race ou de l'ethnie61.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MBAZO'O
Admin


Féminin Nombre de messages : 148
Date d'inscription : 16/07/2006

MessageSujet: Re: EN CONSEQUENCE   Ven 5 Jan - 22:58

A Medza'a,

Be Bela, one môôn y'Egong

MBAZO'O
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
EN CONSEQUENCE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Be-fang@beti.com :: Culture et société Fang-
Sauter vers: